Asian

Première randonnéeSuite à ce réveil «  dynamique », nous prenons notre douche, déjeunons et nous préparons pour notre première rando en montagne. Il fait un temps magnifique. Juste habillée d’un top, d’un mini short, avec juste un string et pas de soutif, nous voilà parti pour notre aventure.Alain me fait passer devant pour mater dans le sentier muletier le dessin de mes fesses moulées dans le mini short en jeans. Je suis excitée de savoir que mon mari profite de se paysage. Mes seins qui ballottent gentiment au gré de mes pas ne font qu’augmenter cette sensation particulière. Nous arrivons à un point de rendez-vous où nous attend notre guide.C’est un grand gaillard taillé dans la masse et qui semble très jovial. Il est accompagné d’un assistant guide pas mal non plus bien que trop jeune à mon goût. Ils se présentent :«  Bonjour ! Vous êtes Michèle et Alain ? Moi c’est Fred et voici mon assistant Lionel, dit Yoyo. Nous sommes vos guides pour la journée. »Il vérifie notre équipement et zou ! C’est parti pour une longue ascension dans ces paysages magnifiques.Nous marchons pendant plus d’une heure. J’ai remarqué que Yoyo mate souvent mes seins qui s’agitent au gré de la marche sous mon fin tee-shirt. La transpiration ne fait que mettre en valeur mes obus dévastateur pour le jeune homme. Pour m’amuser,et voir ses réactions, je prétexte le fait de refaire un lacet pour me pencher et lui dévoiler un décolleter profond. Il est comme subjugué par le spectacle que je lui offre. Alain a compris mon petit jeux et observe sans rien dire.Fred, très pro, casse le charme du moment en nous disant :« Maintenant, soyez prudent. Nous allons sortir du sentier pour emprunter un couloir d’éboulis qui vous permettra de profiter d’un paysage exceptionnel hors des sentiers battus. »Puis, arrivés dans un alpage de haute montagne, nous faisons une première pause pour un encas bien mérité devant un massif baigné par le soleil matinal. Assise dans l’herbe, ma position met en valeur et découvre une grande partie de mes seins. Mon mini short lui aussi dévoile la moitiés de mes fesses. L’atmosphère est chargée de sensualité. Je sais que les deux hommes me dévorent des yeux et non qu’une envie me sauter dessus. Pour bien faire, en buvant à ma gourde, je m’arrose le top qui devient presque transparent. Alain décide de débrider le moment.« Elle vous plaît ma femme messieurs ? »Gêné par cette canlı bahis réflexion, le guide bafouille :« Non … Enfin heu oui… Vous avez une très jolie femme Alain. »« He bien je vous remercie. Mais je suis persuadé qu’elle meure d’envie que vous la touchiez. Pas vrai ma chèrie ? Enlève ton haut qu’il puisse admirer tes charmes ! »Je rougie mais n’attendais que le feu vert de mon mari pour m’exhiber devant nos deux gaillards. D’un geste leste, je passe le top par dessus ma tête et mes seins lours se dévoilent à leurs yeux ébahis.« Vous pouvez touchez les gars » Leurs dit-il.Yoyo craque et me malaxe maladroitement les seins. Fred, devant la proposition de mon mari, me renverse en arrière. Il se met à califourchon et prend l’initiative d’enlever mon mini short et mon string. En un rien de temps, me voilà nue aux prises avec nos deux accompagnateurs. Alain prend des souvenirs avec son portable. Fred commençant à me fouiller le minou me dit :« Tu aime jouer avec les nerfs de mecs Michèle ! »Je ne réponds pas et me tortille en gémissant sous cette délicieuse caresse. Yoyo insiste :« Alors t’aime te faire peloter devant ton mari salope ? »« Oui c’est bon. »Sa bouche se presse contre la mienne et nos langues s’enroulent dans un ballet voluptueux. Je sens tout à coup contre ma fente l’érection de Fred qui raide comme un étalon ne va pas tarder à me pénétrer. Il fait glisser sa hampe entre mes lèvres intimes où coule ma cyprine abondante. Yoyo a sorti lui aussi son engin et se masturbe entre mes seins. Il les presse contre son sexe tendu et pince mes tétons si sensibles. Il tire dessus plus fort voyant que j’apprécie cette caresse. C’est douloureux mais si bon. Devant cette belle bite, je lui prends les fesses et amène sa tige devant ma bouche. Après quelques coups de langues, je me met à le sucer alors que Fred me pénètre d’un coup de reins. Je joue avec ma langue sur son gland en étant secouée par les coups de boutoir de Fred.Pour le jeune s’en est trop et il m’asperge le visage de son sperme chaud.Fred se retire de mon vagin et enfonçant sa bite dans ma bouche, il éjacule à son tour. J’avale machinalement cette semence étrangère. Dans ce décor bucolique, mon corps est pris de spasme et je joui à gorge déployée. Nous restons couché pour reprendre nos esprit et je suis surpris qu’Alain ne profite pas de la situation.Au bout d’une bonne demie heure, nous reprenons bahis siteleri notre cheminement. Mais au moment de se rhabiller, Alain propose que je reste nue nue jusqu’à la bergerie où nous devons passer la nuit. Bien évidement les deux guide en sont ravi. Mais je m’inquiète :« Si on croise d’autres randonneurs ? »« Ne t’inquiète pas pour ça ma grande ! Il n’y a personne à cette saison et nous somme hors piste. »Il a la réponse à tout ce Fred me dis-je. Après un tel intermède, je n’ai plus de jambes et l’ascension est un vrai calvaire pour moi. Dés l’arrivée au « refuge », les deux mecs me sautent dessus et en un clin d’œil, je me retrouve avec une bite dans la bouche et une dans la chatte. Ils me baisent sauvagement avec l’aval de mon homme. Ils me défoncent à grands coups de reins et Yoyo me prend en gorge profonde. Il échange régulièrement leurs places. Quelle aubaine pour eux d’avoir à leurs disposition une telle salope. Je sais que je risque de passer à la casserole toute la nuit. Et c’est le cas. Alain évidemment participe avec eux et je suis souvent prise en doubles pénétrations. Ils éjaculent sur moi et en moi et dés que leurs batteries sont rechargés, ils recommencent. Loin d’être un calvaire pour moi, je prends mon pied comme jamais. Vers deux ou trois heures du matin, les couilles totalement vides, nous sommes tous exténués et nous nous endormons enlacés les uns aux autres. La nuit est fraîche mes les trois hommes me réchauffent de leurs chaleur a****le.Au levé du soleil, nous déjeunons tous ensemble comme si de rien était. Bien sûr, je dois rester nue. Quand nous repartons, mes jambes ont encore bien du mal à me supporter. Avec l’altitude je respire avec difficulté. Nous faisons une halte, mais mon repos est de courte durée. Nos deux accompagnateurs commencent à se montrer à nouveau très entreprenants. Je me retrouve allongée sur un rocher et ils me pelote outrageusement. Je commence à succomber à leurs caresses quand nous entendons des voix de randonneurs qui approchent. Alain me jette mes fringues pour que je me rhabille vite fait. Je lance, frustrée et agacée à Fred :« Je croyais que nous devions rencontrer personne ! »Nerveuse, nous reprenons notre cheminement. Vers midi nous déjeunons au milieux de nul part toujours dans un cadre majestueux. Alain à un instant se met à l’écart et observe aux alentours. Quand il revient, il me dit :« Tu güvenilir bahis peux te remettre à l’aise ma chérie. Il n’y a personne aux alentours ! »Fred et Yoyo n’en demande pas plus et sont bien décidés à se servir de moi. Je me retrouve allongée nue sur un rocher. Leurs mains caressent mes seins, torturent mes tétons, fouille ma chatte baveuse et pincent mon clitoris. Je me tortille de plaisir et gémi comme une chatte en chaleur pendant qu’Alain fait le guet. Devant leurs sexe tendus, je ne peux résister et me met à les lécher et à les sucer. Puis, Yoyo me pourfend le vagin. Fred, plus expérimenté, décide de me prendre le cul en même temps. Me voilà embroché par ces deux gaillards. Je n’arrête pas de crier mon plaisir. Alain abandonne le guet et me fourre sa grosse queue dans la bouche. Je le suce avec gourmandise tant je suis comblée d’être baisée dans un cadre aussi enchanteur. Un orgasme violent me submerge entraînant la jouissance des garçons qui me comblent. Comment vais-je pouvoir terminer cette randonnée. Mes jambes on un mal fou à me soutenir. En fin d’après midi, nous arrivons enfin à la fameuse bergerie tant décrite par Fred comme un havre de tranquillité. Totalement épuisée, je m’écroule dans l’herbe.Ensuite, nous buvons en trinquant à ces fabuleuses journées. Fred nous annonce que nous resterons une journée ici pour que je me repose un peu avant la descente et notre retour à une vie plus «  normale ».Mais point de trêve pour moi. De nouveau, je dois satisfaire leurs envies. En levrette, pendant que la queue de Yoyo se fraye un passage dans mon fondement, Fred me défonce la bouche. Alain s’occupe de mes seins pendant sous moi moi en triturant mes mamelons et en leur donnant de petites claques qui font rapidement rougir mes seins. Le scénario se reproduit deux fois dans la nuit. Je suppose qu’ils doivent aussi commencé à être épuisé de baiser aussi souvent une salope comme moi. Je vous passe bien sûre les éjaculations qui en suivent alors qu’ils se soulagent comme ils veulent dans mon ventre et ma bouche. Heureusement qu’il y a une journée de repos avant de retourner à nos voitures. La nuit suivante est plus calme et le lendemain nous redescendons au voitures sans qu’ils me sollicitent plus que ça.Arrivés sur le parking, nous nous dison au revoir et bien entendu je dois les sucer en guise d’adieu. De retour au chalet, Alain me couche sur la table et me prend sauvagement en me traitant de tout les noms. Je suis heureuse et comblée et nous jouissons ensemble avant de nous coucher pour récupérer d’une si exceptionnelle randonnée. Le vacances commence à fond la caisse.

Kategoriler:

Genel

Yorum Ekle

E-Mail Adresiniz Yayınlanmayacak. Zorunlu Alanlar *

*