Mûres19/Brigitte,73ans,bouffeuse de couillesNu sur mon lit, bras et jambes écartés, j’attends la visite de Marlène d’une minute à l’autre.ça y est, elle sonne.Mon coeur bat en écoutant les pas de la jolie femme mûre aux cheveux roux bouclés, qui s’avance dans la pièce sans dire un mot.Je garde les yeux fermés. J’arrête de me branler.J’entends le froissement d’un manteau qu’on enlève. Ma petite pute dépose son sac, et dans un silence de plomb, s’approche pour gober mon gland tendu, qui prend un bain de velours tiède.Elle n’a pas besoin de faire grand chose avec sa langue, juste quelques petits mouvements…cette langue est d’une douceur incomparable.Des voisins l’ont peut-être vue sonner à ma porte, puis entrer. Imaginent-ils que cette petite femme distinguée se trouve dans la minute qui suit, sans transition, agenouillée comme une pute, avec une bite dans la bouche?-Tu entres. Tu ne dis rien. Tu suces.C’est ce que je lui ai dit. Elle aime recevoir des directives précises.J’aime qu’elle se laisse aller, complètement passive sur le lit, sans bouger.Je l’enfile comme une poupée, je me branle dans son vagin.C’est alors qu’elle aime murmurer: je suis ta pute.Egoïstement, je me tuzla escort fais du bien. Ma queue savoure sa chatte, et ma jouissance se transmet au vagin de ma pute qui gémit.Nos rendez-vous commencent dans le silence. Lorsqu’elle m’attend sur le lit, elle doit parfois laisser pencher sa tête dans le vide, pour que je puisse directement lui fourrer la bite dans la bouche, ou poser mes couilles sur ses lèvres, comme Brigitte aimait le faire.Marlène sait bien que le léchage de couilles me fait toujours plus ou moins penser à ma distinguée vieille salope blonde de 73 ans, Brigitte, grande pute dans l’intimité. Elle sait qu’elle me le faisait tout le temps, mais cela ne la gêne pas.elle se verrait bien en duo de suceuses avec Brigitte, ce qui serait totalement irréalisable, vu la jalousie et la stricte hétérosexualité de la vieille dame.Marlène sait que je me branle tout le temps en pensant à Brigitte, mais qu’elle-même fait partie des fantasmes.Nous rêvons de punir Brigitte de sa possessivité en l’obligeant de me faire une pipe devant Marlène, qui attendrait tout tranquillement, les jambes ouvertes, que la tige sucée par la vieille dame vienne remplacer le doigt escort tuzla qu’elle enfile distraitement dans son vagin.Marlène et moi entrerions dans la chambre à coucher en nous donnant la main. Brigitte serait habillée en femme de chambre. Assise bien droite sur une chaise, comme elle en a l’habitude, elle porterait ce costume noir et blanc que j’aurais loué tout exprès. Elle ne porterait ni bas ni culotte, et n’aurait qu’à dénouer son tablier et relever sa robe pour exhiber sa fente toute lisse, écartant ses fines jambes bien dessinées, jolie petite grand-mère pute.Marlène se coucherait sur le lit, me présentant sa petite croupe.Soigneusement, Brigitte dévisserait le couvercle du pot de vaseline posé sur la table de nuit. De son doigt fin aux ongles roses bien maquillés, elle appliquerait une noisette de vaseline sur le la rondelle de la svelte dame rousse. Nos regards se croiseraient lorsqu’elle me pommaderait le gland.-Je la connais bien, cette bite, tu viendras me la remettre bientôt, tout de même? semblerait dire son regard bleu candidement désolé.Elle verrait de près avec quelle facilité la croupe de Marlène engloutit ma grosse queue. En voyant avec quelle tuzla escort bayan aisance je l’embroche, Brigitte se dirait: on voit que ce n’est pas la première fois qu’il l’encule.Je demanderais alors à Brigitte ce que j’ai plusieurs fois demandé à des putes, lorsque j’emmène Marlène au bordel: me lécher les couilles pendant que j’encule mon amie.Sur ce point précis, je reviens à la réalité. J’ai plusieurs fois enculé cette ravissante petite femme en me faisant lécher les boules par de grosses filles bien cochonnes.Si je devais baiser Brigitte en présence de Marlène, ce serait en missionnaire, à condition que Marlène vienne s’asseoir sur la bouche de la vieille dame.J’aurais ainsi le plaisir de tripoter les jolies petites collines de Marlène, aux bouts tellement sensibles. Je l’embrasserais délicatement, sans décoller nos bouches, afin que nos langues se caressent longtemps. J’entendrais de vagues soupirs étouffés, les soupirs de Brigitte qui ferait des amabilités à la fente baveuse appuyée sur sa bouche.-Elle lèche bien?D’un souple, Marlène répond.-oui, c’est pas mal. Elle lèche bien.Brigitte s’applique avec bonne volonté.-Elle lèche même très bien.Sous l’effet du compliment, de l’excitation, de l’humiliation, le vagin de Brigitte tressaille sur ma queue.Faute de baiser à trois avec Brigitte, je me console en enculant tranquillement Marlène devant tout le monde, sur un grand matelas dans un club échangiste.

Kategoriler:

Genel

Yorum Ekle

E-Mail Adresiniz Yayınlanmayacak. Zorunlu Alanlar *

*