Amateur

Ma première expérience gayJ’avais 20 ans, c’était un soir un peu arrosé, j’étais parti boire quelques verres avec des potes.Il commençait à faire tard, alors nous avons décidé de rentrer chacun chez sois.Je n’avais pas de voiture, il n’y avais plus de transport, alors j’ai commencé à marcher.Il fallait que je me dépêche avant que ma copine s’inquiète.Sur le chemin, une voiture s’arrête à mon niveau. Un homme âgé, environ 50 ans, me propose de me ramener chez moi. Malgré son allure bizarre, j’accepte sa proposition et je monte du côté passager.Sur la route, nous échangeons quelques phrases pour faire connaissance. Il s’appelle Bernard. Il est très gentil, mes craintes se dissipent peu à peu.Il me demande si ça ne me dérange pas de faire un détour par chez lui, parce qu’il doit récupérer quelques affaires. J’accepte sans problème, étant donné qu’il a la bonté de me ramener chez moi ensuite.Nous arrivons au pied de son immeuble. Bernard me propose de monter rapidement chez lui, histoire de boire un dernier verre le temps qu’il prépare ses affaires. J’accepte.Le hall de l’immeuble n’a pas très bonne mine, la peinture se détache, il y a des fissures un peu partout, je commence un peu à m’inquiéter.Nous montons un escalier qui mène directement à son appartement. L’homme m’invite à y entrer.Nous arrivons dans un grand salon, avec des meubles anciens mais bien entretenus, un grand canapé et une très grande télévision.- Tiens, prends ce verre, le temps que je prépare mes affaires, me dit Bernard en me tendant un verre de whisky.Je me détends un peu, je bois le verre au milieu du salon, en attendant Bernard qui est parti dans la pièce voisine.2 minutes plus tard, Bernard revient dans le salon. J’aperçois immédiatement la forme de son sexe à travers son pantalon. Intimidé, je n’ose pas lui faire la remarque.- Alors, ce whisky ?- Merci, il est bon !Je ne peux pas m’empêcher de regarder son pantalon. Très vite, la forme de son sexe devient de plus en plus voyant. Il bande, ma parole !Bernard se rapproche de moi avec un léger sourire.- Qu’est-ce que tu regardes ? me demande-t-il.J’hésite un peu avant de lui répondre.- Vous… vous avez… on voit votre…- Oh ! Ne fais pas attention, ça m’arrive quelques fois. Dis-moi si ça te dérange.- Non, ne vous en faites pas. Vous êtes chez vous, pas de problème.Bernard souri un peu.- Tu as déjà vu le pénis d’un autre homme ?- Non… jamais.Je commence à paniquer. Au moment où je décide de m’en aller, l’homme descend son pantalon. Il est complètement nu devant moi (à part son t-shirt). Je ne peux pas m’empêcher de regarder son sexe.Je panique encore plus lorsque je vois la taille de celui-ci : il est énorme, très épais et tendu bien droit. Même dans les pornos je n’avais jamais vu un pénis aussi gros.- Excusez-moi, il faut vraiment que j’y aille…- Ne t’inquiète pas, me dit Bernard, je vais te ramener chez toi. Tu l’as trouve comment ?- Elle est… très grosse…- Elle te fais peur ?- Oui, un peu…L’homme se rapproche de moi.- Si tu la touches un peu, je te ramène chez toi.- Non merci, je vais y aller, maintenant.Je me retourne et part en direction de la porte, quand Bernard me retient brusquement par le bras.- Ne t’inquiète pas, ça restera entre nous. Touche là un peu, tu verras, c’est très agréable.Il me pose la main sur son pénis. Je sens sa peau sous mes doigts, je sens son sexe gonfler, il est chaud, dur, très imposant. Je sens la puissance incroyable de son sexe.- Ne karşıyaka escort sois pas timide, prend là à pleine main. Tu verras, c’est très doux.Je prend son sexe à pleine main. Je n’arrive pas à en faire le tour, tellement il est large. Je le sens gonfler encore plus. Bernard prend mon bras et le déplace de manière à ce que ma main fasse des mouvements de va et vient sur son pénis, comme si je le masturbais.Je sens ses veines sous ma paume, je sens son gland gonfler à chaque passage de ma main.- Tu vois, c’est agréable, non ?- … Oui, plutôt…Je ne savais plus où me mettre. Il fallait que je m’en aille. Mon dieu, je suis vraiment entrain de masturber un mec ? J’espère que ce n’est qu’un mauvais rêve !- Bon, il faut vraiment que je m’en aille, cette fois.- D’accord. Juste une dernière chose avant de partir, s’il te plait.- Oui ?- Fais lui un petit bisous, s’il te plait.Que je fasse un bisous sur son pénis ? Non mais je rêve ! Et pourquoi ne pas lui faire une fellation, pendant qu’on y est !- Non merci, je ne peux pas faire ça, désolé…- Ne t’inquiète pas, juste un petit bisous de rien du tout, et je te ramène chez toi.- Juste un alors…Je me met à genoux devant lui. Mon visage est devant son gigantesque pénis en érection. Bernard tient son pénis dans sa main.- Vas-y, fait lui un petit bisous où tu veux.J’approche mon visage de son sexe et fais un petit bisous sur le côté de sa verge.- Oh, c’est tout ? Allez, fais lui un vrai bisous, s’il te plait.L’homme commence à caresser mon visage avec son sexe. Il caresse mes joues, mon front, ma bouche… Je suis impressionné par la taille de son engin. Il recouvre la moitié de mon visage.Je commence à lui faire un autre bisous sur sa verge.- Fais-en un autre, s’il te plait.Je m’exécute, j’en fais encore un autre.- Sois plus franc ! Fais un bisous sur mon gland.J’hésite un peu, puis je finis par lui obéir. Je pose doucement mes lèvres sur son gland.- Hmmmm… c’est bien. Encore !Je lui fais un autre bisous sur son gland, en espérant que ce soit le dernier.- Continu !- Vous m’avez dis juste un seul bisous… Je crois que ça ira, non ?- Encore un petit dernier, allez.Je fais un autre bisous.- Encore.Je commence à avoir peur, l’homme ne semble pas se décider à arrêter. Je fais encore un bisous.- Hmmmm… encore, t’arrête pas !- Non, je dois y aller, maint…L’homme me donne une gifle violente. Surpris, je recule mon visage.- Tu comprends pas ou quoi ? Ouvre ta bouche, maintenant !- S’il vous plais, je préfère qu’on en arrête là…L’homme me prend par les cheveux et colle ma tête contre son pénis.- Espèce de petite salope ! Suce moi la bite !- Arrêtez, s’il vous plais, je ne suis pas homosexuel !- Ferme ta petite gueule !L’homme prend ma mâchoire et appuis fort dessus pour que j’ouvre la bouche. Il insère son pénis à l’intérieur.- Voilà ! Maintenant tu peux dire que t’es un pédé ! Vas-y, suce encore !Il prend ma tête et me l’enfonce de plus en plus sur son pénis. Je tente de me débattre, et l’homme finis par retirer ses mains. Je recule et reprend mon souffle.- écoutez… ne me faites pas de mal, si vous voulez je vous suce un peu, mais ne soyez pas violent…- Ok, alors dépêche toi et suce là.Je m’approche de son pénis, je commence à enfoncer son gland dans ma bouche. Il est tellement gros que je ne parviens pas à ouvrir ma bouche suffisamment.Je lui fais une petite fellation qui dure quelques minutes, jusqu’à ce qu’il me tienne karşıyaka escort bayan à nouveau par la tête.- Enfonce là jusqu’au bout, pétasse !Il enfonce son sexe jusqu’au fond de ma bouche. Je m’étouffe, j’ai envie de vomir, j’ai l’impression que ma mâchoire va s’arracher.Il finit par retirer subitement son pénis. Je me penche en avant pour retrouver mon souffle.- Tu vois quand tu veux, petite salope ! Bon allez, relève-toi, je te ramène chez toi.Je tente de me relever difficilement. J’ai mal à la mâchoire. Je m’essuie la bouche.- Va chercher mes affaires dans la chambre, s’il te plait. Je t’attends en bas.Je me dirige dans sa chambre. Je vois un lit et une grande penderie, mais je ne vois pas ses affaires. Soudain, j’entends la porte se fermer derrière moi. Je me retourne et aperçoit Bernard devant moi, la porte de la chambre fermé. Je panique de plus en plus fort.- Qu’est-ce que vous faites ?L’homme s’approche de moi.- Met toi à poiles.- Non… s’il vous plait, je dois rentrer chez moi..L’homme me donne une grosse gifle en plein visage. Je tombe à moitié sur le lit.- Tu fermes ta grande gueule et tu m’obéis, salope !!! Met toi à poiles !!!!Je m’exécute péniblement. J’enlève doucement mon pantalon.- Putain, on n’a pas toute la nuit devant nous !L’homme me retire mon caleçon. Je me retrouve entièrement nu devant lui.- Waw, c’est un putain de beau cul que je vois là ! Gros, rond, tout lisse.. Une vrai gonzesse !L’homme se dirige vers sa table de chevet et ouvre un tiroir. Il en ressort une grosse boite. Je finis par lire dessus “Manix”. – Qu’est-ce que vous faites ? S’il vous plait…L’homme prend un préservatif.- Ton cul me donne trop envie. Je vais t’enculer.- Arrêtez, on peut trouver un arrangement…L’homme peine à insérer le préservatif sur son pénis. Visiblement, son sexe est beaucoup trop gros.Il finit tout de même par y arriver. Son sexe semble tout serré à l’intérieur, il n’est plus aussi large qu’auparavant.- T’as de la chance, elle te fera moins mal, comme ça. Tourne toi.- Non, écoutez…L’homme me donne à nouveau une grosse gifle en plein visage.- Ferme ta gueule et obéis, petite pute !!!Debout devant lui, je me retourne.- Putain, qu’est-ce qu’il est beau ce cul ! Met toi à 4 pattes sur le lit.Je me met à 4 pattes sur le lit.- Cambre toi un peu plus, salope !!Je courbe mon dos et tend mes fesses en arrière.- S’il vous plais… je ne dirais rien si on en reste là…- Oh putain ce cul de salope.. Je vais te baiser comme jamais..- Non, s’il vous plais…L’homme s’approche du bord du lit et pose ses mains sur mes hanches.- Ferme ta gueule ou je t’en colle une autre !Je sens qu’il me met du gel sur mes fesses. Un liquide chaud et visqueux qu’il étale sur mon anus.Il pose ensuite son gland à l’entré de mon trou et tente de l’enfoncer.- Tu es bien serré, toi. Tu vas la sentir passer.Il appui un peu plus fort sur mon trou. Soudain, je sens son gland entrer à l’intérieur. Une petite douleur me fait pousser un petit cri de surprise.- Bah voilà, salope ! Bon, maintenant je vais t’enculer convenablement, mais je ne veux pas t’entendre.Soudain, il enfonce son sexe tout au fond de mes fesses. Une douleur vive me fait crier.- Ta gueule ! Ou je tape plus fort !Je tente de me calmer, mais n’y arrive pas.Il me donne des coups de hanche de plus en plus fort.- Je t’avais prévenu, salope ! La douleur est tellement forte que mes bras n’arrivent plus à me tenir. Je m’effondre escort karşıyaka sur le lit, les fesses en l’air.- Putain, ce cul de grosse pute ! J’arrive pas à croire que je baise une catin pareille ! Vas y, prend ça dans ton cul sale pute !Ses coups de hanche deviennent de plus en plus violent. La douleur est inimaginable.- Putain d’ salope ! C’que tu vas prendre !Il se baisse et me tire le visage en arrière en me tenant par les cheveux.- Tu l’aimes ma grosse queue, hein ? Dis-moi que t’aimes ma queue, pétasse !En voyant que je ne répond pas, il me donne un coups de bite ultra violent. Je hurle de douleur.- Répond-moi, sale pute !!!- Ou… oui… ouiiii… stop…Il m’enfonce à nouveau sa bite violemment.- Oui quoi ??!!!- OUI !! OUI !! J’aime votre queue !!! …..- C’est bien… Dans ce cas, tu n’y vois pas d’inconvénient si je te défonce le cul !Il se remet à me donner des coups de hanches de plus en plus forts.Soudain, je sens comme un craquement dans mes fesses. Je sens sa bite doubler de volume à l’intérieur de moi.- Merde, la capote a craqué !Il retire sa bite de mes fesses. Enfin… Mon calvaire est terminé.- Putain, c’est de la merde, ces capotes ! Il enlève la capote déchirée de sa bite.- T’inquiète pas, ça ne te fera pas mal…- … quoi ?L’homme enfonce brusquement sa bite au fond de mes fesses. Je hurle de nouveau.- Oh oui c’est bien mieux comme ça ! Putain tu me fais trop bander, toi !Il s’appuie sur mon dos courbé et me baise à fond pendant plusieurs minutes. La douleur est telle que je ne parviens plus à crier.- Salope ! Sale pute ! C’est qui le pédé, maintenant ?!! Regarde comment je t’encule sale pétasse de merde !Il me baise de plus en plus fort. Je ne sens même plus la douleur. Au bout d’un moment, il se redresse et me tient par les hanches. – Tiens, je vais te faire un bébé ma chérie.Il me donne de violents coups de bite bien profond.- Oh oui, putain oui !! T’es une vrai garce, toi !! oui, oui, ouiiiiiii !!!!Il me donne un dernier coups de bite et laisse sa queue tout au fond de moi.Je sens un liquide chaud me remplir le ventre.- Putain ça fait tellement longtemps ! Je suis entrain de te remplir le cul ! Mmmmmm !Après avoir jouis, l’homme se retire et s’habille aussitôt.- Allez, viens, je te ramène chez toi.2 minutes plus tard :Je me tiens au pas de sa porte. Bernard ramasse ses clés et m’invite à sortir.Je viens d’être violé par un homme… Mais bizarrement, je ne me sens pas salis.- Si tu veux encore te faire baiser, je te laisse mon numéro.Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai accepté.Sur le chemin du retour, il m’a demandé si j’avais mal aux fesses. J’ai répondu “oui, un peu…”- C’est normal la première fois. Mais je dois te dire que tu as un vrai cul de gonzesse, bien bombé et bien rebondi ! C’est la première fois que je vois ça.- Merci…- Si je pouvais, je t’aurais garder toute la nuit.- On pourrais peut-être recommencer…J’ai dis ces mots sans réfléchir. Bernard n’a pas attendu plus longtemps et s’est dirigé vers une forêt.Il s’est garé entre 2 arbres et nous sommes sortis de la voiture.- Met toi à 4 pattes.- Là, ici ?- Obéis.Je me suis déshabillé et mis à 4 pattes sur les feuilles mortes de la forêt. Bernard a sorti sa bite qui était encore toute gonflée.- Tout à l’heure, j’ai été gentil avec toi. Maintenant, je vais te baiser à fond jusqu’à ce que tu chiales comme une putain. D’accord ? Tu n’imagines pas comment je vais te défoncer ton cul de grosse salope. D’ailleurs, même si tu chiales, je continuerai à te baiser. Encore et encore.Bernard a enfoncé sa bite profondément en moi, sans gel, et m’a baisé toute la nuit. Il a jouis à plusieurs reprises, dans mon cul, dans ma gorge, sur mes fesses…Je suis devenu à la catin de Bernard, son objet sexuel, et j’aime ça.

Kategoriler:

Genel

Yorum Ekle

E-Mail Adresiniz Yayınlanmayacak. Zorunlu Alanlar *

*