LibertineD’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours préféré la compagnie des hommes à celle des femmes, même si j’ai goûter aux plaisirs saphique. Petite déjà, j’aimais jouer au docteur avec les garçons. Étudiante, j’étais ce qu’on peut appeler une collectionneuse. D’autres par sexisme ou jalousie me traitaient de salope. Je suis une dévoreuse de mâles, toujours en quête de nouvelles bites, de nouveaux corps de mecs pour assouvir ma libido insatiable. Je ne suis bien qu’avec une bite dans la bouche où ailleur. Mon mari est parfaitement au courant de mon appétit sexuel et il sait qu’il a épousé une femme chaude comme la braise. Il en profite et nous formons un couple libertin. Nous allons régulièrement dans lieux de rencontres coquines, plage, parking etc…. Mon homme aime me regarder être prise par des inconnus et me prête volontiers à d’autres hommes.Sous l’autorité amoureuse de mon mari candauliste, je suis devenue allégrement une adepte des gangbang. Mon homme adore me voir prendre mon pied défoncée par de belles bites et me faire couvrir de sperme.J’ai aujourd’hui cinquante ans. Ma vie sexuelle est bien remplie et je continue à y penser presque constamment. Bien sûr, je ne passe pas mon temps à baiser. J’ai d’autres obis, la moto, la photo, les voyages. Mais le sexe est toujours présent dans ma tête. Je serais un homme, on dirait que j’ai une bite à la place du cerveau.Bien sûr, j’ai déjà fait l’amour avec des femmes et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Mais il n’y a rien à faire, j’adore sentir une bite vibrer dans ma bouche et me remplir profondément. Juste un petit bémol même si je me laisse faire, je n’aime pas trop la sodomie.J’aime les hommes avec de bonnes grosses couilles munis de gros mandrins, qui déchargent leurs flots de foutre dans ma bouche, sur mon visage ou sur mes seins. J’aime sentir le foutre chaud sur ma peau ou couler de ma chatte.Je pense que les mecs ne s’y trompent pas. Quand ils me voient, il émane de moi une certaine sexualité. Ils sentent la femme avide de sexe et j’adore sentir leur désir. Je suis une partouzeuse soumise à mon homme. Mais je suis tout nevşehir escort bayan sauf une victime. J’adore ma condition et me faire mettre.Les hommes m’utilisent, c’est vrai. Mais ils auraient tords de se priver. Je suis comme un fantasme vivant pour certains, comme un vide-couilles pour d’autres. J’en ai conscience. Mais, rassurez-vous, moi aussi je sais utiliser les mâles comme des jouets sexuels. Cela ne veut pas dire que je ne les respecte pas. Cela veut juste dire que nous nous échangeons nos corps, le temps d’un moment de plaisir. Entre adultes consentants.Nous avons l’habitude d’aller dans un secteur de dunes où les rencontres et les exhibitions sont chaudes. Ce jour là, J’étais déjà venue avec mon mari, pour montrer mon cul et mes seins aux mateurs. Mais cette fois, alors que je masturbe devant eux, mon homme décide de pousser le bouchon plus loin.Il me met un collier et une laisse devant les voyeurs. Il me prend en photo ainsi offerte. Puis il attend de voir si les voyeurs sont intéressés par une femme disponible et soumise.Je ferme les yeux pour intérioriser le moment. Tout mes sens sont en éveilles. Je devine aux bruits d’herbe foulée que de nombreux admirateur m’entourent. Je suis à la fois excitée comme une puce, et un peu inquiète de ce qui va m’arriver. J’ai bien entendu l’habitude de m’exhiber, l’habitude aussi de participer à des partouze, mais cette exhibe, exposée comme une chienne, n’est pas un moment libertin comme les autres, pour moi.Ce que n’ai pas vu, c’est que je ne suis pas toute seul dans cette condition là. Une autre femme partage ma soumission.Je sens, tout à coup, une mainqui saisit mes nichons. Un frisson me traverse, une sensation aussi gênante qu’excitante. Le type ne dit pas un mot, et moi non plus. Seul le cliquettement de l’appareil photo est perceptible. Je suis à quatre pattes et le gars, apparemment fort excité d’avoir peloté mes seins tend sa bite vers ma bouche. Je l’accueille avec docilité et je l’entend grogner de plaisir.Je garde les yeux fermé alors qu’il s’agite dans ma bouche. Combien sont-ils, là, autour de moi, à me toucher escort nevşehir les fesses, à caresser mes seins et à m’enfourner les uns après les autres leurs petites bites raides dans la bouche ?Je l’ignore. Je le saurai quand je reverrai les photos de cette séance. Il encourage ces inconnus à jouir sur moi et à me baiser.Ils ne s’en privent pas. J’ai beau avoir à faire à de vrais habitués des lieux, pouvoir disposer d’une salope comme moi ne doit pas leur arriver tous les jours. Ils me complimentent sur mes seins, sur ma façon de sucer très gourmande et ils jouissent les uns à la suite des autres me couvrant de leur foutre chaud.Quelques semaines encore plus tard, en visionnant les photos, nous étions très excités et l’émotion du moment était encore aussi intense. En fait nous attendions avec impatience l’occasion de remettre ça. Un soir, Alain me parle d’une annonce qu’il a vu sur le net d’un club échangiste qui parlait d’une soirée « pluralité masculine ». Je fais mine d’être surprise et lui demande :« Tu es certain que tu ne risques pas d’être frustré, s’il n’y a que des hommes ? ». Mais il semble être sûr de lui et, je dois bien l’avouer, cette idée d’une soirée gangbang m’émoustille au plus haut point.Nous débarquons vers 23h30 dans ce club. Nous sommes accueillis avec un grand sourire par un grand black. Cette fois, nous y sommes. En entrant dans le club, j’ai l’impression que tout les yeux masculins sont braqués sur moi. Ils doivent remarquer mon trouble extrême. Il ressentent certainement à quel point je suis excitée. Je sens même le haut de mes cuisses qui deviennent humide par la cyprine qui coule de mon coquillage.Je me sens comme un objet, une marchandise que chacun à le droit d’essayer à sa guise. Pour me rassurer, je prends Alain par la main et me sers contre lui. Malgré mon angoisse, j’ai envie de dévorer chacun des gars présents dans le club. Alain m’entraîne vers une alcôves de la pièce, d’où s’échappent quelques râles de plaisir.Je suis soulagée quand même en voyant que je ne suis pas la seule libertine présente à cette soirée gangbang. Une femme vient vers nevşehir escort bayan nous et nous invite à la suivre vers une sorte de lit immense où une dizaine de types sont à poils, la queue déjà tendue. Il me font une place et aussitôt, des membres se frottent à moi. Je suis dans le vif du sujet et il est trop tard pour reculer.Je n’ai pas le temps de dire ouf, qu’un mec se plante au fond de mon dans le con et se met à me limer avec une énergie incroyable. Je me retrouve les cuisses ouvertes, ma chatte offerte travaillée par ce membre inconnu et la bouche rempli occupé par une autre. En jetant un rapide coup d’œil autour de nous. Je m’aperçois qu’il y a deux douzaines de mâles prêts à me satisfaire. Je devrais plutôt dire à abuser de moi.Je me fais défoncer par tout les trous et les mâles me passent dessus à tour de rôle. J’interroge régulièrement des yeux mon homme alors qu’on éjacule sur moi ou en moi. Je l’entend dire de me ménager et de ne pas m’abîmer. Comme un fêtu de paille on me retourne pour me mettre à 4 pattes. C’est en temps normal une position que j’affectionne. Mais là, elle est plutôt inconfortable même si elle laisse totalement ouvert mes orifices intimes. Rapidement, un premier assaillant s’empare de ma chatte. J’engloutis avec avidité l’une des queues qu’on me tend. Un troisième entreprend de posséder mon cul. Alain me dit à l’oreille : « Tu vois, ma petite chienne, tu vas leur faire plaisir, à tous. Et c’est ça qui va te faire jouir, être l’objet sexuel de tous ces beaux queutards ».Il sait que ses propos m’excitent encore un peu plus. Une femme se met alors à pomper mon mari qui n’a que d’yeux que moi moi qui secouée sous les coups de boutoirs des clients du club.Je sens de la fierté dans son regard. N’y tenant plus, une deuxième bite déforme ma bouche. Mes lèvres sont distendu par les deux membres. J’essaye au mieux de les prendre dans ma bouche.Un de mes niqueur se retire de mon con pour se répandre à grands flots sur mon dos.. L’imitant, un des autres mecs qui est dans ma bouche gicla à son tour au fond de ma gorge. Je suis ainsi baisée toute la nuit. Je déborde de sperme. Je suis incapable de dire combien d’homme mon utilisé. C’est épuisée, un goût infâme de sperme dans la bouche et l’estomac rassasié. Le cul et le con dilaté et presque douloureux dégoulinant de cyprine et de sperme que mon mari me ramène à la maison.

Kategoriler:

Genel

Yorum Ekle

E-Mail Adresiniz Yayınlanmayacak. Zorunlu Alanlar *

*