Amateur

L’été sera chaud (7)…Mercredi 10 juillet 2013Ce matin, plus de faux-semblants, tout le monde est à poil dès le matin. Le début d’érection matinale de Thibault et de Ju est dans l’ordre des choses et personne n’y porte cas. Puis après le brunch vraiment tardif et une après-midi décontractée autour et dans la piscine, Ju et moi décidons d’aller chercher aux Milles de quoi remplir les placards et le frigo. Nous nous habillons donc et quittons la villa.Thibault et Lola s’installent à l’extérieur pour d’abord reprendre un bain puis se remettre sur leurs serviettes pour sécher au soleil. Comme au bout d’un bon moment la peau commence à leur chauffer vraiment, Lola qui est sur le dos prend le flacon de crème et s’en enduit bien. Son cousin qui est lui sur le ventre la regarde se caresser les seins et l’entre-jambes et se met à bander. Heureusement que sa bite tendue est sous lui.Donc, quand elle lui propose de s’occuper de lui, il ne dit pas non et se laisse faire. Elle le badigeonne bien partout, y compris sur ses fesses. Quand sa main s’insinue dans le sillon, il commence par se crisper un peu puis se laisse aller. Comme elle prend ses testicules en main et les malaxe doucement, il émet un gémissement de plaisir.Lola se penche sur lui et approche sa bouche de son oreille pour lui proposer:- Tourne-toi, j’ai vraiment envie de te faire quelque chose, si ça ne te dérange pas.Il se dit qu’après tout, autant en profiter et ne se gêne pas pour se mettre sur le dos, lui exhibant son érection totale. Il pensait peut-être qu’elle allait aussi lui passer de l’huile mais à sa grande surprise, elle prend sa tige en main pour le branler un peu, puis ouvre sa bouche et gobe son gland. La sensation est agréable pour Thibault, cette chaleur lui irradie tout le bas-ventre. Elle commence à jouer avec sa langue et trouve rapidement le point sensible, jouant avec le frein. Il est aux anges, il profite les yeux fermés. Il envoie une main et caresse sa poitrine, son entrejambe n’étant pas accessible.Lola offre donc sa première fellation à son cousin et c’est très agréable pour lui. Elle a maintenant une bonne partie de son sexe en bouche et joue avec. Il sent la jouissance venir petit à petit, et il en avertit sa partenaire qui arrête le mouvement. Elle se redresse, il en profite pour l’embrasser goulûment. Il lui caresse sa poitrine, puis l’invite à s’allonger au sol sur une serviette. Il se met à genoux et lui titille les mamelons avec ma langue, alors que sa main descend vers son intimité. Elle soupire, lâche de légers gémissements.Ses doigts s’invitent entre ses grandes lèvres, elles sont humides. Il les écarte doucement, trouve son clitoris. Son majeur trouve l’entrée de son vagin, s’y insère un rien. Lola réagit à chaque millimètre parcouru. Elle ne paraît plus être maîtresse de son corps. Il malaxe sa chatte, fais coulisser son majeur dans son vagin, vite rejoint par l’index, sa langue continuant de s’affairer sur ses tétons.Le souffle de Lola devient de plus en plus court, elle se tend, se cabre, referme ses jambes sur la main de son cousin. Il sent son sexe pulser contre ses doigts. Elle a un orgasme, et il est violent. Il est surpris et attends quelques secondes sans plus bouger.Elle est dans un état second et prend la peine de lui faire un compliment: -Thibault… Ce que tu m’as fait… C’était vraiment bon… Merci…- Oui, toi aussi, c’était incroyable.Il retire sa main de son entre-jambes, mais la tension n’est pas redescendue pour lui. Lola s’en occupe en reprenant sa fellation. Cette fois elle n’écoute pas ses suppliques quant il sent que ça vient et il éclate dans sa bouche. Elle fait attention à tout avaler pour ne rien tâcher et le nettoie complètement avec la langue jusqu’à ce que son sexe reprenne une position de repos. Ils sont tous les deux fatigués de tant d’émotions. Lola lui demande de se coller à elle, ce qu’il accepte avec plaisir. Il s’installe à ses côtés sur la serviette de bain, la sensation du corps nu de sa cousine contre le sien est agréable et apaisante.Juste avant de s’assoupir un peu, il lui chuchote à l’oreille:- Lola, je dois t’avouer que j’ai rêvé de ce moment depuis vendredi. Tu es plus qu’une cousine à mes yeux, je t’aime plus qu’une simple cousine.En guise de réponse, une douce caresse de sa part sur sa joue. Ils s’endorment.Tout à coup, ils se réveillent à cause d’un bruit. C’est Ju et moi qui sommes de retour de notre virée. Les deux jeunes sont toujours dans la même position, sauf que Thibault bande à nouveau et que Lola tient sa bite dans bakırköy escort sa main, et lui un de ses seins.Debout devant eux, nous ne nous privons pas de lancer des plaisanteries qui font rire Lola mais mettent Thibault un peu mal à l’aise. Ju demande enfin à Lola:- Alors, il baise bien, au moins?- Je sais pas, je l’ai juste sucé et lui m’a branlée.- Ah bon, c’est tout? Dis, Thibault, tu es encore puceau?- Euh, ben oui…- OK, on va s’occuper de ça, et sans tarder!Nous nous déshabillons tous deux et les rejoignons au sol en rassemblant un peu plus de matelas de bain pour aménager un espace confortable. Ju demande à Lola de venir un peu lui monter ce qu’elle a fait exactement et elle s’empresse de le prendre en main et en bouche sans se gêner de la présence de son cousin, que je viens prendre en charge:- Maintenant que tu as eu un aperçu avec ta cousine, tu vas goûter à l’expérience ta tante.Et je le pompe pendant qu’il a sous les yeux Lola qui s’active sur Ju, et en plus dans une position qui lui expose son petit trou. Autant en profiter, c’est pas tous les jours qu’il a cette aubaine, d’autant plus que sa tante suce divinement (je ne me vante pas…). C’est même la première fois de sa vie qu’on le suce, et si tout va bien il va certainement aussi baiser. Et en plus, avec sa tante et sa cousine qu’il était loin d’imaginer ainsi, même si ce qu’il avait vu les nuits précédentes lui avait donné une petite idée de leurs mœurs libérées.Je le laisse avant qu’il ne parte trop vite et me positionne sur le dos en lui demandant de venir en moi. il ne se fait pas prier et me pénètre de face en se cramponnant à mes hanches. Pas mal comme première fois, avec en face de lui Lola qui s’est mise à quatre pattes pour se faire prendre en levrette par son père. Ses coups de bite la font peu à peu avancer. Elle est d’abord avec sa tête au-dessus de la mienne et nous en profitons pour mêler nos langues. Puis elle avance encore et je peux lui malaxer les seins. Et enfin bien en position de soixante-neuf, que nous entamons sans tarder.Thibault en profite pour sortir de temps en temps sa bite de son fourreau humide et chaud pour la proposer à sa cousine qui la gobe sans rechigner. Ju en fait de même de l’autre côté du tableau tout en faisant un grand sourire à Thibault. Il lui demande:- Alors, cette ambiance te plait? C’est plus décontracté que chez tes parents, non?- Ah oui, c’est certain! Et oui, j’aime bien ça. Oh, je sens que je viens!A ce moment, il sort de ma chatte et éjacule sans rien retenir. Les premières giclées vont sur ma poitrine mais Lola gobe vite le gland pour profiter du solde.Ju se désengage pour s’économiser tandis qu’avec ma fille nous nous activons pour remettre en forme le petit nouveau de la bande. Nous le suçons et le branlons en nous le partageant équitablement et comme il est encore jeune, il ne tarde pas à reprendre du volume, puis de la hauteur et de la raideur.Du coup, c’est cette fois Lola qui a enfin les faveurs de sa bite, toujours en levrette, sa position préférée. Ju se place devant et se fait sucer par sa fille pendant que je viens me placer derrière mon neveu. Je me colle à Thibault et lui caresse les pectoraux, lui pince les tétons, lui att**** les testicules et finalement récupère un peu de sa liqueur pour lui titiller l’anus. Je le masse longuement et il trouve cette sensation agréable. Puis je juge que je l’ai assez assoupli et me lubrifie à nouveau le doigt pour le pointer directement sur le trou et pousser. Mon neveu sent cette pénétration, nouvelle pour lui, mais finalement ce n’est pas désagréable, surtout que j’y vais vraiment doucement. Et de plus, il est concentré sur le fait qu’il est en train déjà de baiser la deuxième nana de sa vie, en peu de temps. Pas mal pour un récent puceau. Je lui branle le cul de plus en plus profondément jusqu’à ce que mon doigt soit entré entièrement.C’est maintenant moi qui guide les coups de reins de Thibault qui commence à annoncer sa nouvelle jouissance. Alors je le fais se séparer de Lola et se retourner pour lui offrir une belle fellation. Quand je lui remets mon doigt directement dans le cul, ça déclenche immédiatement son éjaculation plus modeste dont je ne perds pas une goutte.Pendant ce temps, Ju se lâche lui aussi et Lola avale tout elle aussi. Puis il se relève:- Bon, c’est pas tout, on a aussi un barbecue à préparer!Et comme s’il ne s’était rien passé de spécial, il va vers la cuisine chercher le nécessaire dans le frigo, la queue encore presque beşiktaş escort à l’horizontale qui dodeline de droite à gauche avec le gland toujours décalotté. moi aussi je me se redresse et me dirige vers l’intérieur:- Tiens, comme on a du temps je vais aller prendre une douche, je colle un peu.Je disparais, suivie par Lola qui annonce qu’elle va faire pareil. Du coup, Thibault se retrouve seul, tout bête. Il décide donc d’aller aider son oncle, histoire de se donner une contenance au lieu de rester les bras ballants et la bite qui remonte un peu en repensant à ce qu’il vient de se passer juste avant. Ça a le résultat escompté et en s’affairant avec Ju pour allumer le feu il finit par ne plus bander du tout quand Lola et moi revenons, toujours nues nous aussi. Les côtelettes et les poivrons grillent tranquillement pendant que Ju s’en occupe et que je sers un petit apéro. C’est moi qui entame:- Alors cher neveu, est-ce que ce nouveau mode de vie ici te convient?- Ben oui, ça m’a un peu surpris, mais c’était vraiment bon.- Quoi, de te faire sucer ou de baiser? Avec ta cousine et moi?- Euh, oui, tout ça. C’est tellement nouveau et inattendu pour moi.- C’est mieux que de te branler en nous regardant par la fenêtre, non?- …- Parce que tu croyais qu’on t’avait pas remarqué?- Euh, ouais, je pensais avoir été assez discret.- Tu parles, on t’a repéré tout de suite.- Et vous avez continué quand même?- Evidemment, c’était excitant de savoir que tu te secouais le cocotier en nous matant.- Et alors le lendemain, vous avez encore laissé ouvert pour que je vous voie aussi?- Bien sûr, et même on a décidé de corser le spectacle en y joignant Lola.- Ah ben ça, je m’en doutais pas, je croyais que vous étiez simplement négligents.- Eh non, c’était bien fait exprès. On avait décidé de t’aider à perdre ton pucelage.- Ah ça, je l’ai bien perdu, et mieux que ce que j’aurais pu imaginer.Ju annonce que les grillades sont à point. Nous nous installons tous dans le salon autour de la table basse et il sert tout le monde. Chacun se concentre un bon moment sur la nourriture et la boisson, puis quand nous avons terminé, Thibault relance la conversation:- Si j’ai bien compris, c’était pas la première fois que Lola participait avec vous?- Non, mais je te rassure, ça fait pas longtemps qu’on fait ça en famille.- Ah…- Enfin, je parle de nous avec notre fille. Parce que pour ce qui est de la famille…- Euh… tu veux dire quoi?- Eh bien qu’il y a plus de vingt ans, avant votre naissance à toi et à Lola, il s’en est passé des choses en famille!- Non, avec qui? Pas avec ma mère tout de même?- Eh oui justement, avec ta mère! Tu as vu qu’elle n’a pas mis longtemps à se mettre en string puis toute nue devant toi? Eh bien c’est allé beaucoup plus loin. C’est même Ju qui l’a dépucelée. Mais pas qu’elle, loin de là. Allez, imagine qui aussi!- Si même ma mère a fait ce genre de choses, tout le monde a pu le faire! Mon père?- Non, tout de même pas, il y a des limites. Il est trop comme tu le connais.- Tonton Bruno?- Bingo! cherche plus loin, mais pas trop.- Sa femme Aline?- Non, il la connaissait pas à l’époque et je sais pas si elle serait dans l’esprit. Plus près.- Ma… non? Mamie? Ou Papy?- Ben, les deux. Et pour arrêter le suspense: notre cousine Valy, son frère Benjamin et leur mère Marie-Lou, la sœur de Mamie.- Ouah!, tout le monde, pratiquement! C’est un habitude de famille alors?- Non, pas vraiment, c’est ton oncle ici présent et moi qui avons lancé le mouvement. D’abord avec ma cousine, puis de fil en aiguille jusqu’au dernier à s’y mettre, ton Papy.- Et depuis, vous continuez?- Non, d’abord ton Papy a divorcé, en partie parce que justement il n’a jamais vraiment aimé ces relations familiales trop débridées. Ensuite ta Mamie qui nous a quittés à cause de son cancer. Quand aux autres, ma cousine et mon cousin qui sont tous deux allés vivre assez loin et se sont mariés, comme ta mère, avec des personnes peu portées sur ce genre de choses. Et leur mère qui a décidé il y a quelques temps qu’elle était trop vieille pour ça. Ce qui a réduit notre champ de manœuvre à quelques amis, comme avant.- Ben dis donc, c’est chaud!Sans s’en rendre compte, il s’est mis petit à petit à bander à l’évocation de ces souvenirs. Assis à côté de lui dans le canapé, Ju lui tapote la bite en le lui faisant remarquer:- Dis donc, C’est de penser à ta mère en train de s’envoyer en l’air qui te met en forme?- Euh oui, j’avoue que de l’imaginer en train de…- Quoi? Me sucer? Se faire beylikdüzü escort prendre le cul par son frère? Bouffer la chatte de sa sœur?- Euh… j’aurais pas osé le dire comme ça mais oui, par exemple.Pendant ce temps, Ju continue de jouer avec la queue de Thibault, puis l’empoigne franchement et la caresse de haut en bas doucement en prenant les autres à témoin:- Dites les filles, ça l’excite à fond. Je peux vous certifier qu’il est bien dur!Mon neveu réalise alors que son oncle est en train de le branler. Ça le gêne un peu, mais étrangement, c’est bon et il se laisse faire. D’ailleurs, Ju le relâche assez vite et se lève, lui-même en grande érection, pour suggérer:- Bon, et si on en profitait un peu pour s’offrir un dessert? Une sucette?Lola et moi ne nous faisons pas prier et nous partageons respectivement entre Ju et Thibault. Je mets à nouveau un doigt au cul de mon neveu qui cette fois l’accepte avec un grognement de plaisir. Ju propose alors à notre fille de faire quelque chose de nouveau:- Tiens, au lieu de me sucer, comme tu sais si bien le faire maintenant, prends-moi plutôt entre tes seins pour me branler. Ça s’appelle une branlette espagnole.Lola ne se fait pas prier pour essayer cette figure et coince la bite de Ju entre ses obus qu’elle prend entre ses mains pour les faire monter et descendre le long de la tige. Ju la guide avec ses conseils tandis que je raconte à Thibault:- Tu vois, ça aussi il faudra que tu y goûtes avec elle. Moi, j’y arrive à peine avec ma poitrine. Mais la reine pour ça à l’époque, c’était ta mère, tu devines pourquoi, non?- Euh oui, mais ça me fait drôle de l’imaginer faire ce genre de choses.- Et pourtant, essaie de te voir en train de faire coulisser ta queue entres ses doudounes que tu connais maintenant. Ça te plairait, non?- Euh, oui, mais ça risque pas d’arriver.- Qui sait? En attendant, viens me prendre en levrette et imagine que c’est son cul!Je me tourne et me mets à quatre pattes, mon neveu ne se faisant pas prier pour pénétrer le fourreau chaud et humide de sa tante qui le chauffe encore en lui disant:- Et tiens, pour t’y croire un peu plus, appelle-moi Maman!- Oh oui, on va faire ça! Alors, Maman, tu la sens bien, ma bite? Tu l’aimes?- Mmm, elle est bien meilleure que celle de ton père, mon chéri.- Oh c’est trop bon, Maman, je sens que je vais pas tenir!- Alors viens vite me donner ton foutre. Tu sais que j’adore ça!Il va vite se mettre devant moi et me lâche ses réserves dans la gorge. J’avale tout puis me pose dans le canapé et l’invite à me rejoindre entre moi et Ju sur qui Lola s’active de dos. Il se coince entre nous et je lui demande tout en le tripotant:- Alors, ça te fait plus d’effet d’imaginer que c’est ta mère?- Plus, non. Mais c’est pas mal. De toute manière, ça restera un fantasme…- J’en suis pas aussi certaine que toi. Tu paries que je peux faire en sorte que ça arrive? – Là, j’en doute vraiment.Pendant ce temps, mes manipulations d’un côté et les frottements de sa cousine contre sa jambe de l’autre côté ont fini par le remettre en grande forme. Du coup, j’interpelle Ju:- Dis donc, vu que notre neveu est encore d’attaque, ce serait l’occasion de faire découvrir autre chose à Lola, tu crois pas? Le sandwich, par exemple…- Ah oui, bonne idée! Viens ma chérie, stoppe un peu et retourne-toi sur moi…Lola fait ce que lui demande son père et se retrouve empalée sur lui, mais face à lui. Alors il la fait se coucher un peu plus et prend ses fesses dans chaque main:- Tu aimes bien te faire prendre par le cul, n’est-ce pas?- Oh oui, c’est vraiment bon! Comme lundi soir, par exemple.- Et tu as aimé l’autre jour ton premier sandwich avec le strapon de ta mère derrière?- C’était génial!- Eh bien là, tu vas y goûter avec la vraie bite de ton cousin à la place!- Oh oui, je veux bien!Thibault n’en croit pas ses oreilles. et pourtant quand je le fais se lever et commence à prendre de sa mouille pour lubrifier du doigt l’anus de Lola, il se rend compte qu’il va pouvoir l’enculer. Tant de nouveautés en si peu de temps, c’est vraiment le paradis!Quand j’estime que l’anneau de ma fille est devenu assez souple, je prends la bite de mon neveu et la pointe au milieu de la cible. Il se cramponne aux hanches de sa cousine et pousse doucement. Etrangement, ça rentre beaucoup plus facilement que ce qu’il aurait cru. Puis une fois au fond, il sent le contact de la bite de son oncle à travers la paroi et se met à bouger lui aussi. Lola manifeste son contentement et ne met pas longtemps à jouir.Cette fois, Thibault tient la distance vu qu’il s’est déjà vidé quatre fois les couilles depuis le matin. Il peut donc continuer quand c’est moi qui viens prendre la place de Lola entre Ju et lui. Mais quand je jouis a mon tour, il finit par se lâcher dans mon boyau. Puis Lola se charge de recueillir la semence paternelle pour clore la séance.A suivre…

Kategoriler:

Genel

Yorum Ekle

E-Mail Adresiniz Yayınlanmayacak. Zorunlu Alanlar *

*