Le séminaire – Chapitre n°5.Les minutes s’écoulent… lentement et inexorablement…Mon regard humide, passe mécaniquement de la baie vitrée à l’enveloppe posée sur le drap à côté de moi.En moi, mon cœur et mon esprit sont partagés entre la raison et la panique. Tout mon être se divise et je me sens perdue…Mon regard cherche un soutien, mon cœur cherche un repère… Je pense à Sam. Loin, trop loin de moi… que faire ???? Que me dirait-il ??? Quels seraient ses mots ???La beauté de la nuit au dehors, les lumières du parc et le souffle du vent dans les arbres tout semble être l’image parfaite d’un moment de sérénité… A l’inverse, en moi, rien n’est serein et je tremble face à un choix que je sais inévitable.Qui est cet inconnu ? Qui est l’odieux personnage qui abuse de ce pouvoir sur moi ? Que me dirait Sam ?Je sais !!! Sam me dirait « Affrontes tes peurs… Ne doutes pas de toi car rien n’est grave si tu crois en toi…! Toutes les réponses sont en toi…» Voilà !! Voilà ce que Sam me dirait…Il a raison, je le sais…!! Même loin, il est proche de moi, dans mon cœur et dans mon esprit…Son amour me porte et me soutien, je l’aime et cela et juste essentiel.La terreur est l’arme du faible, mais je suis plus forte que cela. Qu’importe les épreuves, je découvrirai qui se cache derrière cette ignominie et ma peur sera ma force…Ma réflexion m’apaise, m’encourage et me console. Bien que l’angoisse me saisisse le corps, je me sens plus forte et prête pour affronter ce moment car je sais que Sam est avec moi malgré l’épreuve….Le vent au dehors caresse les arbres dans l’obscurité, je sais que mon bourreau se cache dans ses ombres et jubile de me posséder… mais il ignore que je compte bien l’affronter et le démasquer, et même si pour cela il va falloir ouvrir cette enveloppe et suivre « ses instructions ».Fébrilement, ma main approche le drap et saisie cette enveloppe n°3. Juste à côté, les photographies pornographiques me rappellent ma luxure, ses bons moments et mon malheur d’avoir succombé à l’appel du corps. Du bout de l’ongle, je commence à déchirer la jonction du papier. Je retiens mon souffle sur chaque centimètre de progression de la déchirure… le bruit si particulier du papier résonne dans le silence de la pièce. Mes mains tremblent, et tout mon corps frissonne. Voilà, l’enveloppe est ouverte…Je retire la lettre qui y est contenue et lis : «FELICITATION, JE CONSTATE QUE TU ES RAISONNABLE !SI TU SOUHAITES RECUPERER LES ORIGINAUX DE TES PHOTOS TU DEVRAS SUIVRE SCRUPULEUSEMENT CES INSTRUCTIONS :AVANT 23H15 :•Commander du Champagne et des fruits au service d’étage •Te maquiller sobrement comme la bourgeoise que tu es !•Composer sur le téléphone le code « #6665# »•Accueillir le serveur avec ta tenue de nuit ouverte et seins nus.•Convaincre le serveur pour qu’il t’aide à te préparer.•Le serveur devra t’attacher face à la baie vitrée et te bander les yeux. Puis avant de partir, laisser la porte de la chambre ouverte.•Tu devras obéir et te comporter en femme soumise.En cas de manquement à l’une de ces règles, je briserai ta carrière, ta vie et ton couple en diffusant tes clichés et vidéos.A l’inverse, Si tu es volontaire et obéissante, tu pourras dès ce soir récupérer la moitié des données originales que je possède de toi.Je pense qu’il est inutile de te rappeler tes enjeux…Tes prochaines instructions te seront données demain matin à l’accueil de l’hôtel. »Je repose la lettre et fond en larmes… Bien que préparée, je constate que cela sera difficile pour moi…Malheureusement, si je veux m’en sortir et protéger ma famille, je n’ai guère le choix que d’obéir et devenir son esclave pour ce soir.Je regarde l’horloge au mur… déjà 22h56. Il ne me reste peu de temps.Tremblante j’avance ma main et prend le combiné du téléphone.Les sonneries retentissent, et je lutte pour éclaircir ma voix malgré mon émotion.4ème sonnerie …Groom : « Service d’étage a votre service…Moi : (fébrile) Heu… oui, allo… le service d’étage ???Groom : Oui madame, A votre service, que puis-je pour vous ???Moi : Heu.. Je souhaiterai vous commander … une bouteille de champagne et une corbeille de fruits, s’il vous plait…Groom : Je suis navré madame, mais les cuisines sont fermées et nous ne servons pas d’alimentations en chambres.Moi :(le suppliant)Je vous en prie…c’est très important… même pour le champagne ?Groom : Oui madame… pas de service en chambreMoi : (paniquant et pensant aux possibles représailles, j’invente rapidement un mensonge pour tenter de le convaincre) : S’il vous plait, monsieur, c’est très important… je veux annoncer une grande nouvelle à mon conjoint, et j’ai vraiment besoin de votre aide…Groom : Je suis désolé mais..Moi : (l’interrompant) Je vous en prie… c’est importantGroom : Bien, je vous entend …, je vais voir ce que je peux faire mais je ne peux pas apporter de fruits..Moi : HOoo, merci monsieur… merci beaucoup… je suis dans la chambre 244. Je vous attends.Groom : C’est noté, je vous envois Pierre…Moi : Merci monsieur… merciGroom : Bonne soirée madame… »Je raccroche, presque heureuse de ma victoire et de mon mensonge… J’espère que le manque des fruits ne sera pas préjudiciable…21h02 : le temps passe vite. Je file dans la salle de bain pour tenter de respecter la demande du maquillage… Un peu de rimmel et de mascara pour souligner mon regard, puis avec mon rouge, je n’effleure que légèrement mes lèvres afin de ne pas trop les marquer…Le reflet du miroir est idéal. Je suis prête, et maquillée comme pour la soirée de gala… 21h05 : je me précipite sur le téléphone et compose le chiffre code…#6665#… pas de tonalité mais juste 3 bips retentissent avant le silence…sans doute un code pour valider mes actions et appeler mon maitre chanteur.Je regarde la montre, anxieuse, le service d’étage n’arrive pas et il est presque l’heure…je fais les 100 pas dans la chambre, angoissé au possible.21h09 : Enfin, On frappe à la porte ! Mon cœur se sert… et mon esprit m’annonce le moment fatidique : « Voila, nous y sommes… courage »Bien qu’inutile, en me dirigeant vers la porte, j’ajuste mon voile de nuisette semi transparente et défait le nœud de la ficelle pour l’entrouvrir et laisser mes seins blancs et lourds apparaitre dans l’ouverture … puis rapidement, je replace l’élastique de ma culotte en coton blanc et l’ajuste afin que ma toison ou mes fesses ne débordent pas outre mesure.La main sur la poignée de porte, tremblante de honte et de peur… Pratiquement nue, je vais ouvrir…Intérieurement, je prie pour que le « Pierre » ne soit pas l’un des réceptionnistes obsédés de l’accueil… Mais il est déjà trop tard…je dois le faire…23h10 : Je ferme les yeux, saisi la clenche, et ma main ouvre la porte….Pierre : « (sans me regarder) Madame, le champagne demandé par madame, je suis Pie…. »Relevant la tête, le groom stoppe nette sa phrase en voyant mon corps quasi nu offert hatay escort à lui… Il balbutie et rougi de surprise…tandis que de mon côté, je baisse les yeux de honte, sentant mon humiliation. L’instant d’après, je réalise que « Pierre » est en fait le jeune étudiant des cuisines de l’autre soir, à peine 16 – 17 ans …Dans son regard je devine sa gêne et à la fois l’émerveillement de découvrir pour mon corps dévoilé, disponible et réel. Peut-être est-il encore puceau et que le peu de femme nue qu’il connaisse sont les modèles de magasine ou de site pornographique…Je n’ose y penser plus longtemps… Essayant de tenir mon rôle et vaincre mes propres peurs.Moi : « Entrez Pierre… S’il vous plait… entrez vite…Pierre : Oui… heu… oui madame…désolé…Moi : Entrez vite, je vous en prie, et poser le bouteille sur la table basse. Pierre :(rouge de timidité) Oui madame. Tout de suite madame… c’est 50€ pour la bouteille, madame !Moi : (payant) Oui tout de suite… merci… »S’apprêtant à prendre la fuite, je le retiens pars le bras afin qu’il ne me laisse pas seule avec mon chantage… je dois réussir à le convaincre de m’aider.Moi : « Attendez, s’il vous plait, attendez….aidez-moi.. !!!Pierre : (paniqué) Vous aidez ??.. Mais,!… Madame. Laissez-moi!! Pourquoi ?Moi : (suppliante) Non s’il vous plait, aidez-moi, je ne vous ferais rien et je vous paierais mais restez un instant et aidez-moi… je vous en prie…Pierre : Comment ??? Je ne peux pas…Moi : Aidez-moi… je dois me préparer, mais je ne pourrais pas le faire seule…s’il vous plait»Le regard du jeune garçon sur mon corps dénudé le subjugue autant qu’il le tétanise. Honteuse mais contrainte, je lui promets de l’argent (voir plus) pour qu’il accepte de m’aider. Mais aussi pour qu’il garde cela secret.…Pierre, bien qu’embarrassé semble de plus en plus existé de la situation. Enfin, après quelques négociations, il accepte et reste dans la chambre. Pour le déstresser (et me convaincre), je lui raconte que ce n’est qu’un jeu avec mon mari, mais que ce soir je souhaiterais lui faire une surprise et pour cela j’ai besoin d’aide…Mon mensonge semble le convaincre partiellement, mais le jeune homme ne perd pas le nord et réclame son argent d’avance.Moi : « (n’ayant pas le choix) Bien, est ce que 50 euros suffiront ??Pierre : Madame, 50 euros c’est le prix pour le champagne uniquement… moi, je veux 100 et 50 de plus si vous voulez mon silence. !Moi : OK d’accord… mais tu tiendras ta langue sur ce qu’il se passe ici…Pierre : Oui madame, faites-moi confiance, par quoi je commence ??? »(En ai-je vraiment le choix ???)Préparant l’argent sur la table basse et reprenant ma feuille d’instruction en main, je lui dis qu’il faut m’attacher les mains aux crochets du mur, me bander les yeux et me mettre face à la baie vitrée.Pierre 🙁 souriant)« Mais madame ??? Tout le monde dehors va vous voir ainsi ???Moi :(baissant la tête) Oui je sais… c’est sa demande…Pierre : Et avec quoi je dois vous attacher ??? »Voyant mon chemisier noir dans la poubelle, je lui indique qu’avec cela il pourra peut-être y arriver…Sans effort il déchire le tissus et en extrait 2 bandes fines en guise de cordes…Résignée et humiliée, je m’approche de lui et lui tends mes poignées pour qu’il les lie…Moi : « Que fais-tu ??? Tu ne les attaches pas ensemble ???Pierre : Il y a 2 crochets au mur madame, et sur votre feuille il y a écrit aux crochets… donc je suppose que c’est un poignet par crochet… »Il a raison, la demande est claire et la position sans doute réfléchie par mon bourreau n’en sera que des plus dégradantes pour moi… Les cordes de tissus fixés à chacun de mes poignets, je me dirige à présent face à la baie vitrée… mon cœur bat de plus en plus fort en moi, je sais que dehors il est là. Lui et sans doute d’autres passants ou client. Et moi je suis nue… ou presque nue avec ma pauvre culotte blanche, les seins blancs offerts et ma nuisette ne couvrant que mes épaules…Pierre monte sur une chaise pour se placer à bonne hauteur et tire sur la première sangle me tendant le bras en l’air… Puis de l’autre côté, de la même façon… Il ne me laisse que peu d’amplitude, me laissant tout de même les pieds au sol pour conserver un équilibre stable. A quelques centimètres devant moi, je sens la froideur de la vitre qui caresse mon ventre et mon corps. Les pointes de mes seins se durcissent et se dressent… je baisse la tête, honteuse de mon exposition impudique, et sens les larmes monter en moi.Voyant mes yeux rougis, gentiment ou innocemment le jeune garçon me demande si je n’ai pas mal et si les liens ne sont pas trop serré…Les larmes aux yeux, je lui dis que non, mon reflet dans la vitre est odieux… et je me sens si vulnérable…Pierre : « Madame ??Moi : Oui ?Pierre : Vous vouliez dire quoi par « et plus » avant ??? Moi :(paniquée) Heu… rien du tout…rien. Je t’ai donné ton argent. Cela suffit non ? »Derrière moi, je le vois me tourner autour, ses yeux brillants profitant de mes courbes et scrutant mes fesses tel un prédateur observant sa proie. Semblant vouloir profiter de la situation et de ma faiblesse, il me toise avec envie.L’implorant de me laisser tranquille je n’ai pour seule réponse que ces mains qui se posent sur mes hanches et qui commence à me caresser.Moi : « (en panique) Pierre, non !!… Arrêtez… détachez moi…Pierre : (en riant) Madame, je prends juste mon « plus »…Moi : (négociant) Non arrêtes !!! Je pourrais être ta mère … arrêtes.Pierre : Vous êtes jolie pour votre âge… je veux juste profiter un peu…vous avez la peau si douce…et puis vous n’avez pas trop le choix … »Pierre me tient dans ses mains, doucement il caresse mon dos, mes reins et dessine le tour de mes fesses puis passe sur le devant ouvrant davantage les pans de ma nuisette et prenant mes seins a pleine paume… Il me tient, me pince et me malaxe sans pudeur ni tendresse… sans doute à cause de son inexpérience juvénile…Mes plaintes et mes refus ni changent rien , ce sale gosse en profite pleinement, s’amusant à faire toucher mes tétons sur la vitre froide en face de moi…Puis je le sens aller sur mon ventre et descendre encore… sans prévenir, il fourre sa main sous l’élastique de ma culotte et m’att**** l’entrejambe…Moi : « (suppliante) NON PIERRE PAS CA !!!! NON….Pierre : Moi je veux savoir. C’est comment… ??Moi : Non s’il te plait arrêtes…ne me …. »Je n’ai pas le temps de finir ma phrase que déjà ses doigts couvrent ma fine toison et vienne ouvrir les lèvres de ma vulve humide avant de me titiller le clitoris…Pierre : « MMMM c’est chaud et mouillé… vous avez envie madame…Moi :(sanglotant) Non … arrêtes.Pierre : Votre mari a bien de la chance….c’est vraiment doux… »Tout en me caressant la fente, ses doigts glissent dans mon intimité… je sanglote et ondule doucement sous ses doigts, je le supplie d’arrêter…. Sans doute pris de remord, celui-ci s’arrêtes et me fixe du regard escort hatay par reflets interposés.Pierre : « Pardon madame…. Je dois y aller.Moi (reprenant un peu mes esprits) : Attends ! Tu dois encore me bander les yeux…Pierre : Très bien madame…mais…Moi : Fais-le ! … Prend ton argent, et pars.. Laisse la porte ouverte après ton départ… et pas un mot à personne je t’en prie… pas un mot… !Pierre : Oui madame, je tiendrais ma promesse. »Le bruit du tissus derrière moi se déchire a nouveau…et Pierre me place le bandeau sur les yeux comme il est convenu…Avant de partir, celui me remercie en me tapant une fesse et en me traitant de vieille vicieuse… puis je l’entend partir en courant dans le couloir de l’Hôtel…Suspendue, écartelée, aveugle, humiliée et nue ou pratiquement nue… j’attends mon supplice qui doit arriver… Le temps me parait être une éternité, ma honte fait place à la tristesse. Je m’imagine dans la chambre, mon corps exposé à tout regard et toute perversité…mon ventre et mon corps offert impudiquement contre cette vitre.J’essaie de me concentrer, afin de me préparer au pire… j’entends des bruits au dehors… des sifflements et des rires, sans doute des passants ou des clients de l’Hotel qui me voient exposée dans ma vitrine lubrique… Dans le couloir, d’autres bruits encore me parviennent: le déclenchement de la minuterie, des pas, parfois même la réaction choquée de clientes ou de couples passant et me voyant de puis la porte de la chambre… Je reste ainsi durant un moment… mes bras me tirent et me font mal… je suis humiliée de tout part. Totalement exposée et soumise.Puis, un léger courant d’air m’effleure et j’entends la porte de la chambre se refermer… Mon bourreau est la !…Il ne dit rien !…Je sers les dents et la peur me crispe le ventre…Sa présence dans mon dos me fait frissonner, je l’appelle :Moi : « Qui est la ???Inconnu : (silence)…..Moi : Répondez !!! Qui est la ???Inconnu : schhhhhtttttMoi : Répondez qui est là ???? J’ai fait tout ce que vous vouliez, répondez moi…Inconnu : schhhhhttttt… sois sage (dit-il d’une grosse voix rauque)Moi : Qui êtes-vous ??? Libérez-moi ??? »L’inconnu ne répond pas… mais s’approche….. Je le sens dans mon dos a quelque centimètre de moi… il semble grand et massif… Son odeur de sueur me répugne mais je n’arrive pas a deviner qui il pourrait être…Moi : (sanglotant) : » Libérez moi …s’il vous plait… laissez-moi, je vous en prie…Inconnu : Sois sage… on va s’amuser un peu… »Sur ces mots, il se colle à moi et m’écrase sur la vitre glaciale…me faisant pousser un cri de surprise et de peur à la fois…Inconnu : « Alors comme cela, on aime le sexe et se branler en public ???? Tu as fait de sacrés Shows ces derniers jours… tu aimes t’exhiber ???Moi : (suppliante) Non.. non pas du tout… non…Inconnu : Pourtant tes photos prouvent le contraire. Et j’ai vu ta vidéo sur la scène hier. Tu semblais bien t’amuser…Moi : (En larmes) Arrêtez, s’il vous plait… arrêtez !!!Inconnu : Oui je vais arrêter, mais avant cela on va jouer tous les 2..Moi : (implorant) Pitié… détachez-moi…Inconnu : schhhhtttttt…..Tais toi ».En silence, il s’approche encore, son souffle dans mon cou m’électrise et me fais frissonner, le bout de ses doigts effleurent mes flancs et mon corps me faisant me tortiller sur place… puis d’un geste violent, il att**** et déchire ma culotte de coton…exposant à présent tout mon intimité a la vue du monde… surprise, je croise les jambes pour tenter de cacher mon sexe et cela le fait rire…Afin de me rendre plus coopérative, il me presse un sein et l’écrase dans sa main, je gémi et la douleur sur loin téton pincé est vive.De son autre main il alterne les caresses et les claques sur mes fesses. Il me domine totalement… Inconnu : « Tu es belle et douce ma jolie… j’ai bien envie de toi…je vais te prendre et me faire du bien avec toi…Moi : Pitié… Assez.. Arrêtez…..Inconnu : Tu veux que j’arrête ??? Tu veux que ton mari voie tes photos ? Et ce que tu as fait ??? A moins que tu préfères qu’on montre tout cela demain à tous tes collègues et ton patron.Moi : Non pas ça…. Je ferai ce que vous voulez …Mais pas ça…Inconnu : Voilà qui est plus raisonnable…Moi : …..Inconnu : Ecartes tes cuisses, salope….et cambre ton cul que je te regarde mieux… »Anéantie et vaincue je me résigne à lui obéir. Difficilement, j’ouvre mes jambes et tend mes fesses en arrière selon ça demande… Ses mains puissantes et larges me tiennent les hanches. Ses doigts s’attardant sur mon tatouage… fouillant mon sexe et mon scion…il m’explore sans tendresse… Quelques secondes s’écoulent dans un silence absolu…puis immobile j’entends le bruit de sa ceinture s’ouvrir et son pantalon tomber au sol…avant de sentir son membre épais se coller à moi…Il me parait énorme et très gros…Son contact me fait peur et instinctivement je me crispe et me tortille pour lui échapper…Inconnu : « Bouge pas ma belle… bouge pas… écarte mieux que ça sinon je vais te faire mal. »Terrifier, je reprends la pause, mes mains agrippant mes liens pour me donner de la force et de la stabilité… derrière moi, d’une main il appuis sur mes reins et me cambre, tandis que de l’autre il glisse son sexe contre le mien… Sans le vouloir, mon corps réagit, sa présence et les sensations m’excitent et irradie dans le creux de mes reins… je mouille contre mon grès et laisse échapper un soupir sous sa caresse.Derrière, impassible et puissant, il glisse et pousse doucement son chibre sur ma fente et entre mes lèvres, puis dirige son gland à l’entrée de mon vagin…Il m’ouvre, m’écarte et me remplit, je le sens à présent en moi,… Caler contre mes fesses, il me prend avec vigueur et coulisse dans mon sexe distendu … Il pousse, il force et me fait gémir a chaque coup de rein… il me tient à présent de ses 2 mains et me pénètre de sa belle longueur… Mes gémissements sont plus forts et je me laisse porter par l’étreinte. Chacun de ses coups de butoir s’enfonce plus loin en moi et me soulève du sol… Perdant le contrôle, je me laisse porter et mon corps réagi mêlant douleur et plaisir, mes pieds ne touchant plus le sol, je me laisse empaler sur son sexe énorme qui me remplit complètement le ventre à présent…Durant plusieurs minutes, je suis balloté ainsi, suspendue et défoncée, mes seins sautant en cadence lorsqu’ils ne sont pas écrasés contre le vitrage…A demi consciente et au bord de l’orgasme, je le sens grossir encore en moi…je le sens monter et grogner dans mon dos…puis…au creux de moi, la brulure de sa semence jailli et me remplit le ventre…. je jouie presque simultanément malgré moi.Epuisée et couverte de sueur, nos corps se séparent, laissant s’écouler de moi son trop plein de sperme entre les cuisses et sur le sol…Inconnu : « Alors la Bourgeoise, tu as aimé ??? Répond moi…Moi : (reprenant mon souffle) Heu… oui…»Inconnu : « Parfait, alors on continu….. !!Moi : .Quoi ?? hatay escort bayan non, j’ai fait ce que vous vouliez…arrêtez..Inconnu : mais moi je n’ai pas fini avec toi… »Sans que je puisse réagir, coller sur mon dos et ses mains me pétrissant les seins, je sens déjà son sexe se régénérer et se tendre contre mon fessier…Prise de panique, je me débats, ne voulant pas me faire prendre comme cela….Moi : « Non… assez… no…L’inconnu : Schhhhhtttttt, tu vas voir …ça va aller…»Dans ce silence, je suis paralysée…je me laisse aller. Je sens qu’il me soulève de terre pour m’écarter au maximum les jambes et les cuisses… positionnée en l’air… mon corps nue, face au vide et à la nuit…sans doute exposé à des centaines de spectateurs au dehors… je lui supplie de ne pas me faire de mal…Je sens son sexe massif et rond chercher à investir mon fragile anus, je me tortille et supplie encore mais ma peine est vaine. Je le sens se placer et pousser progressivement… imposant sa puissance et forçant mes sphincters à s’ouvrir et à l’accueillir… Pire que cela : ce n’est pas lui qui pousse mais moi qui m’assois dessus, l’enfonçant dans mon intestin sans plus de résistance que mes supplications…Exposée et ouverte je le sens me remplir et me posséder, la douleur de son intromission est intense et chaque mouvement de ma part pour résister ne fait qu’enfoncer son pieu plus loin en moi…, il soupir et jubile de me tenir et me sentir ainsi…. Enculée jusqu’à sa garde, je ne suis plus qu’une marionnette entre ces mains… totalement soumise à sa volonté et à la débauche.Chacun de ses coups de reins m’arrache une plainte et me coupe le souffle…heureusement cela ne dure que quelques minutes et déjà il se vide en moi.Exténuée, je me laisse pendre à mes liens et ne résiste plus à ses caresses ou ses fessées…Au dehors, j’entends quelques cris et des applaudissements… Mon humiliation est totale, et j’attends avec angoisse la suite de mon calvaire mais rien ne vient…Apres un moment de répit, l’homme coupe mes liens et attache mes bras dans mon dos avant de me porter jusque sur le lit…Je ne résiste pas. La fatigue dans mes bras étant trop forte pour riposter ou le frapper, je me laisse aller et reste docilement sur le bord du lit à attendre ses ordres.Le silence est pesant…Je reste assise et écoute l’homme se promener dans la chambre à la recherche de quelque chose… ou autre.Inconnu :(soupirant) Ahhhh, Tu as été parfaite, tu as tout prévue… on a bien mérité un petit remontant.J’entends la bouteille de champagne s’ouvrir… et l’inconnu me verse le précieux liquide directement dans la bouche…Ne pouvant avaler la grande quantité qui s’écoule, le champagne ruisselle sur mon cou, mes seins et sur mon corps…L’inconnu : »(soupirant) Quel gâchis … il va falloir faire plus attention la bourgeoise.. »Il me redonne le goulot dans la bouche et péniblement j’avale par grosse gorgée le vin pétillant qui m’irrite la gorge…et manque plusieurs fois de me faire vomir.L’inconnu : « C’est mieux… aller ma belle encore un peu. Il faut finir la bouteille… »Me tenant la tête, pour pallier à toute fuite, il m’oblige à nouveau à prendre le goulot entier et boire directement à la bouteille…La tête me tourne et j’ai la nausée, l’alcool et la fatigue ont raison de moi et je m’écroule sur lit pratiquement inconsciente.L’inconnu :(Ironique) hooo quel dommage…j’en ai pas encore fini avec toi…réveille-toi, petite salope…allez…Allongée au milieu du lit, je sens qu’il me chevauche et son poids m’écrase la poitrine. Sur moi, il se masturbe en serrant mes seins autour de son sexe…venant parfois toucher mon menton avec la pointe de son gland…L’inconnu : « Tu as une jolie bouche et un beau rouge a lèvres… tu es encore bien foutu pour 40 piges… et tes nibards sont bien fermes aussi…Moi : Noo…. Assez… no..Inconnu : (ironique) et ton cul… divin, j’ai adoré t’embrocher avant… tu es bien serrée…tu n’as pas aimé ???Moi : (sanglotant) Noo….. heu…. Si..» (Me rappelant devoir répondre positivement par obligation)Inconnu : C’est mieux… »A demi consciente, il me tire les cheveux et pose son sexe sur mes lèvres en m’ordonnant de le sucer… Sans résistance, j’ouvre ma bouche et m’applique sans comprendre réellement mes actes. ;Le temps passe doucement, nue devant lui, la tête coller sur son sexe et ses bourses, il en profite et s’applique à me pincer les seins ou me pénétré le vagin avec la bouteille vide tout en me forçant la bouche.Soudain, il me bloque la tête et s’enfonce plus loin encore pour éjaculer, m’imposant d’avaler ses derniers jets de sperme qui frappent le fond de ma gorge.L’inconnu : « Ahhhh tu m’as bien vidé… tu es une bonne bourgeoise salope… j’ai apprécié cette soirée…la prochaine fois je viendrais accompagner et on te refera ta fêtes… et demain, n’oublie ta petite enveloppe au comptoir, j’espère que je serai choisi pour tes supplices…(rire)…Moi :(suppliant)Et ce soir ??? je veux récupérer mes fichiers. J’ai fait ce que vous vouliez… s’il vous plait…Inconnu : OK, c’est bon…ils sont sur le buffet…tu le mérites bien.»Me laissant épuisée et ivre sur le lit, je l’entends se rhabiller avant de se pencher sur moi et de m’embrasser férocement, enfonçant de force sa langue dans ma bouche en guise de baiser… Puis avant de franchir la porte, il revient à nouveau vers moi, prétextant un oubli … et me place sur le dos au milieu du lit, m’écartant en grand les jambes, il me plante la bouteille profondément dans mon sexe en guise de gode, en m’ordonnant de ne pas bouger jusqu’à son départ et avoir compté au moins jusqu’à 100…Terrorisée, humiliée et anéantie, je n’ose plus bouger, empalé par le bout de verre et commence à compter dans ma tête…1-2-3-4….10…27…etc.A 100…réunissant mes forces, je referme mes jambes et me tortille pour extraire la bouteille à demi enfoncée dans mon ventre… bien qu’épuisée, je m’agite encore sur les coussins et parviens à retirer mon bandeau sur mes yeux…La pièce est noire, aucune lumière… la porte d’entrée de la chambre est entrouverte mais pas un bruit dans le couloir ne se fait entendre…Je suis nue et souillée de toute pars…mes mains et mes bras me font mal mais avec beaucoup d’efforts j’arrive à dénouer le nœud qui m’entrave les poignées….Libre…je suis libre…enfin…Epuisée, violé par consentement et mais libre… j’allume la lampe sur le chevet du lit et regarde autour de moi …la bouteille git au sol…ma valise a été retourné et vidée… il me manque des bijoux et de l’argent…. Mais l’essentiel est la…01h20 du matin… je pensais qu’il était plus tard que cela…. Je me dirige vers la salle de bain…. J’ai du mal à marcher et mon ventre me fait mal aussi… je constate que l’inconnu a joué avec moi sans que je ne m’en rende compte… car le bouchon de la bouteille est figé dans mon anus tel un bijou érotique connu.Sous la douche…je le retire, laissant sortir encore la semence de cet homme…Je suis épuisée et saoule. Je n’arrive plus à réfléchir, ni même pleurer, je me sens résigné. Je n’ai même plus la force de me sécher et m’allonge directement nue et ruisselante sur le lit…Je m’endors….A suivre….

Kategoriler:

Genel

Yorum Ekle

E-Mail Adresiniz Yayınlanmayacak. Zorunlu Alanlar *

*