Le séminaire – chapitre n° 4Mercredi matin, 07h00 ! La sonnerie du réveil résonne dans la pièce depuis plusieurs minutes…. Sarah, encore épuisée, se lève péniblement et va l’éteindre…Ce matin, les effets de l’alcool et la fatigue ne me rendent pas service et je sens déjà pointer une forte migraine pour la journée.Je me retourne difficilement dans le lit, je n’ai pas bien dormi et chacun de mes muscles restent endoloris de la débâcle nocturne passé. Dans la salle de bain, j’entends Sarah se préparer et la douche s’écouler…Il me faut du courage… je puise en moi le peu d’énergie et de volonté qu’il me reste pour affronter la journée. Assise nue sur le bord du lit, je regarde autour de moi, les yeux a moitié dans le vide mais les taches sur les draps ne laissent aucun doute à ma mémoire…. Je suis me suis faite baiser comme une salope !Malgré le plaisir de ses nouvelles sensations, je m’en veux d’avoir osé franchir le pas et cédé aux plaisirs charnels sans mon mari. Comment le regarder en face à présent ??? Avec Sam, bien que nous ayons nos vies et parfois des délires libertins, jamais nous n’avons eu de relation extraconjugale non partagées…et c’est bien cela qui me gêne le plus…Sarah sortant de la douche constate mon désarroi, et me rejoint sur le bord du lit…Sarah : « Hé bien, tu en fais une tête, ça ne va pas ?Moi : A ton avis ???Sarah : Oui je comprends, c’était une première pour toi hier soir ???Moi : (énervée et triste) Comme tu dis, une première et une même dernière …Sarah : Ne te fâche pas… je suis désolée…Moi : Non tu as raison c’est moi qui suis désolée…mais… comment je vais faire ? … et pour Sam ? et le boulot ? et Philippe et son connard de fils ? et…Sarah (m’interrompant) : Stop, stop, stop… Arrêtes tu dérailles… Laisse-moi te poser juste 3 questions…Moi : ok mais quoi ?Sarah : Tu regrettes la soirée d’hier ?Moi : Evidement… Tu me prends pour qui ???Sarah : Sérieusement, tu n’as pas eu de plaisir hier soir ???Moi (réfléchissant) : Si bien sur… mais quand même…Sarah : Alors ou es le problème. ? tu as pris ton pied, c’est le principal…et puis tu m’as bien dit qu’avec Sam vous étiez très ouvert aussi sur le sujet par le passé…Moi : Je sais bien mais l’avoir fait sans Sam, à son insu ça me….. ?? Et puis pour le boulot, je n’aurais pas dû le faire ….Sarah : Ne t’inquiète pas… D’abord, Sam n’a pas forcément besoin de le savoir ! Et pour le boulot même s’ils pensent être en position de force, c’est tout l’inverse et on peut les faire cracher.Moi : Tu crois ??? J’ai encore une conscience…Sarah : Tu as pris du plaisir hier, oui ou non ??? Ce n’était pas désagréable ???Nous ne t’avons pas torturée ???Moi : Non, bien sûr…mais…Sarah : Alors arrêtes de te prendre la tête, assume ta féminité et soit forte comme tu l’as toujours été…, moi je rêves d’être comme toi avec tant de classe et de charisme…»Sarah avait raison… Apres tout, je n’ai rien fait de mal… juste suivi un désir et un plaisir… certes un peu plus hard qu’a mes habitudes vu que je n’ai jamais fait de double pénétration et refuse même l’anal à mon mari… mais le résultat est là. J’ai joui comme une folle et je ne regrette pas mes sensations.Sarah, ce petit bout de femme, cette gamine, me donne encore une leçon que je ne soupçonnais pas… et j’admire son caractère…Sarah (plaisantant) :« Bon mamie… On ne va pas rester planter à poil sur le lit… on a du boulot aujourd’hui »La migraine et la fatigue sont fortes mais son enthousiasme me redonne confiance et à mon tour je me prépare… Dans la salle de bain, après une rapide toilette, je m’habille et tente de me redonner du courage face au miroir… je suis cernée, et le fond de teint n’arrive que péniblement à masquer ma fatigue…8h40: Une fois prêtes, nous descendons vers le buffet du restaurant pour le petit déjeuner…, Philippe et Cédric sont déjà à table mais ne semblent pas au meilleur de leurs formes non plus. Philippe : « Bonjour mesdames…Sarah et moi : (en cœur) Bonjour…Philippe (avec un regard malicieux) : bien dormi ??? Sarah (Prenant les devants): Non, justement ! Nous n’avons pas bien dormi et vous savez très bien pourquoi…Cédric : Comment cela ??? Mais…Sarah (à Cédric) Tu sais de quoi je parle… mais rassures toi ça n’arrivera plus…Philippe : Et toi Estelle, tu n’as pas bien dormi non plus… Sarah est remonté comme une pendule ce matin..Moi : Non pas très bien… et Sarah a raison…certes, on a passé un bon moment mais cela fait partie du passé…et on ne compte pas recommencer…Philippe : C’est bien dommage…Sarah (l’interrompant) : Oui… ca serais dommage que votre femme et que les clients connaissent vos agissements avec vos employées…Cédric (apeuré) Quoi. Tu oses nous faire chanter ???Mais…Moi (ironique) : Chanter ?? Non !!! Danser peut-être… et cherche pas car j’ai des preuves…Philippe (sentant la menace) Ok je vois… on en restera là mais c’est valable aussi pour vous…Sarah : Nous on a pas de souci… et le mari de Estelle est déjà au courant…donc inutile de raconter une autre version que la vérité… »A table, Philippe et Cédric se décomposent sur leur sièges, frustrés de ne plus avoir d’emprise sur nous et décontenancé par notre force de persuasion.Malgré notre position de force, au fond de moi, j’espère secrètement ne pas mettre mon emploi en danger. Ma nature inquiète et ma sensibilité étant toujours présente.Durant un instant, le silence prend place à table, donnant une atmosphère lourde. Les visages sombres des hommes n’osant même plus nous regarder… tel des enfants pris en flagrant délits de bêtises par leur mère.Sarah : « Allez messieurs, on se détend… on ne va pas vous manger… mais on veut juste être clair avec vous… il y a eu un écart et une soirée ensemble, on ne le reniera pas mais on ne souhaite pas de problèmes ni recommencer après cela…Philippe (réfléchissant) Oui je comprends, … nous avons chacun des arguments pour salir l’autre et sa vie privée… il faut voir le bon côté des choses et apprécier l’instant … même s’il est dommage de ne plus recommencer…Cédric : Oui. Pareil… vous avoir baisé hier soir a été un plaisir… mais il est vrai que nous devons nous tenir pour le respect de chacun…Moi : Oui et j’ajouterai, qu’on arrête aussi d’en parler (surtout avec de tels mots)… et surtout en public. C’est du passé ! Philippe : On est d’accord…..mais dommage pour ses jolis petits culs…Sarah : Stop !!!! »La discussion s’achève sur ce mot… les hommes sont vaincus et conscients des risques potentiels autant pour leur vies privées que professionnelles. La situation se calme progressivement, et malgré quelques regards encore appuyés, nous reprenons le court de nos vies et du petit déjeuner.9h20 : A la sortie de l’hôtel, nous prenons place dans un bus…. Les organisateurs du séminaire ayant agrémentés la journée par une visite d’un éco-quartier et a énergie positive… Bref une journée assez ennuyeuse pour certains, mais intéressante pour d’autres (dont je fais partie) qui, directement au contact de mes clients auront de nouveaux arguments de vente sur les nouveaux procédés énergétique si besoin.Bref, la matinée passe assez vite, et mes maux de tête s’estompent par les cachets que j’ai pris en masse ce matin… Sarah et moi comparons nos prises de notes sur les divers sujets que l’on nous présente. Nous participons a presque chaque intervention des orateurs telle de vraies groupies. De leurs coté Cédric et Philippe moins intéressés par les chiffres et techniques de la présentation de la matinée, bougonnent toujours mais semblent se résigner à perdre leur emprises sur nous.Vers midi et demi, pour la pause déjeuner, nous revenons vers le bâtiment principal et le réfectoire, et par hasards ou par préméditation, notre table attitrée est déplacé et mise au centre de la salle de déjeuner…Prenant mon plateau et mes couverts, je remarque que rapidement la salle se remplie et que par conséquent l’accès à notre table sera difficile si l’on ne se dépêche pas. Le temps de prendre mon assiette et un pot de yaourt, les participants s’installent diyarbakır escort progressivement et discutent entre eux. Le bruit de la salle couvre le bruit des couverts et ce que je craignais arriva. Le passage est très restreint pour pouvoir circuler sans accident… Péniblement, mon plateau en main, perchée sur mes talons et en rentrant mon ventre, je me glisse dans la foule et entre les chaises. Malgré mes demandes et mes excuses, peu de personnes ne bougent ou n’entendent mes demandent d’aide pour pouvoir passer… certains, volontairement je suppose, restreignent davantage encore le passage m’obligeant à me tortiller et glisser et frotter mes fesses sur leurs dossiers. Avançant péniblement, je remarque des sourires en coin et des yeux malicieux, certains espérant que je fasse tomber mon plateau, ou que ma jupe reste accroché a leur chaises plus simplement. Certains profitent également de la vision de ma poitrine gonflée pointant sous mon chemisier tendu. Je sais que le souvenir de mon accident de la veille est très présent à leurs esprits, et tel des vautours ils n’attendent que ma chute.Personnellement, je retiens ma respiration, me concentre et n’espères que chose : Me faire la plus discrète possible…Par chance et sans accros, j’arrive enfin à notre table… pouvant enfin respirer et poser mon plateau, je réajuste rapidement ma jupe avant de m’assoir et commencer mon repas….Nous discutons tous ensemble de la visite du matin… et des intérêts de chacun dans les principes d’évolution pour nos agences…Vers la fin du repas, Sarah plaisante et chahute à table comme à son habitude… il y a une bonne ambiance… En face de moi Cédric et Philippe, plaisante aussi avec leur voisin de table…Mais comble de malchance, Sarah dans son enthousiasme particulier me bouscule alors que je porte à mes lèvres une cuillère du yaourt nature qui me sert de dessert…Cédric et Philippe, comme un seul homme me fixe et sourient…Philippe « : Hée bien !!! … bravo Estelle… Cédric (riant): Ooh oui ..très jolie… encore aujourd’hui…Moi :(énervée) Pu**** Sarah !!! Tu fais ch***… tu ne peux pas faire attention. ??Sarah (se retournant et riant) : Ho mince…Pardon …Attends… »En effet, mon yaourt a manqué sa cible et je me retrouve avec une partie de la cuillère dégoulinant sur la commissure des lèvres et le menton et l’autre partie tombant juste dans mon décolleté et sur le creux de mes seins…Cédric : « (hilare) Attends, tu veux je t’essuie…Philippe (riant): Laisse la faire, ça lui va si bien… !Moi : (énervée) : Ca va !!! Ca te plait Cédric !!! Ca ressemble à ce que tu crois ou espère !!!Cédric :(provocateur) heu…oui, une belle petite faciale. Tu aimes ça, non ???Moi (m’essuyant la bouche et le menton) : Et ma main dans la tronche ça te plairai aussi ???Philippe : (riant toujours) Calme-toi, on plaisante !!! Calme toi…et toi, Cédric excuse toi…voyons !!Cédric : M’excuser ??? Mais de quoi ??? C’est elle la gourde. Regarde elle en a encore sur la poitrine… elle attend peut être que je lui lèche.Moi (furieuse) : Pauvre connard… »Sur ces mots, excédée, je lui envois mon verre d’eau à la figure tout en l’insultant de sa remarque plus que déplacée…… Rapidement, autour de nous, les visages des tables voisines se retournent et des yeux me fixent cherchant à comprendre l’altercation et mon agressivité. Sarah, bien que souriante de ma situation et consciente de sa bêtise, se lève alors rapidement pour faire diversion et simule une dispute avec Cédric afin que les regards accusateurs se portent sur lui et non plus sur moi…Rapidement Cédric, trempé de mon verre d’eau, s’enfonce dans son siège surpris par la vivacité de Sarah, il lui faut quelques secondes pour me présenter ses excuses…. Et l’incident se clos dans le vacarme de la salle.De mon côté, profitant de la diversion, j’att**** une serviette, ouvre 2 boutons de mon chemisier jusqu’à la limite de mon soutien-gorge, et essuies discrètement le fromage blanc me coulant sur et entre les seins en prenant garde de ne pas tacher le tissus foncé .… Philippe : « Sarah !!! C’est quoi ce cirque ???Sarah : (menaçante) Vous voulez jouer ??? Je vous préviens, on ne se laissera pas faire Cédric : (penaud) mais pourquoi tu t’en prends a moi ???Sarah : Tu as entendu ce que tu as dit ??? Tu n’as pas honte ? C’est ta collègue !!! Tu la respecte !!Philippe : ok , ok on se calme… tu as raison…Cédric : mais…mais..Philippe : Sarah a raison, contrôle toi sinon je te traite comme un employé standard et je te fous un avertissement pour discipline…Cédric : Mais, (…) mais…Philippe :(énervé) Sarah et Estelle ont raison ! Tu t’excuses et tu te tiens à carreau… »N’écoutant que de moitié, je termine mon essuyage et remet ma tenue en ordre… Par chance je n’ai aucune tâche sur le chemisier et personne n’a pu voir ce nouvel incident. Les esprits se calment lentement….Moi : « Sarah… Sarah : Oui… ??Moi : …. Merci…mais fais attention s’il te plait… j’ai déjà assez de galère…. Et pas assez de fringues pour me changer..Sarah : Oui … je m’excuse.. Sincèrement…Moi : C’est bon…chut…on n’en parle plus. »Cédric rouge de honte ou de rage, me dévisage durant tout le café, Philippe a ses coté semble plus préoccupé encore… En silence, Nous finissons nos tasses avant de retourner vers l’amphithéâtre pour l’après midi…Tout en marchant, Philippe juste derrière nous, accélère le pas et nous rejoint moi et Sarah pour nous parler…Philippe : « Les filles, attendez S’il vous plait…Sarah : Oui… ??Philippe : Je voudrais m’excuser pour tout a l’heure, et surtout vis-à-vis de Cédric… Je pense que la soirée d’hier lui est montée à la tête et qu’il a déconné… Surtout que je sais qu’il n’a d’yeux que pour toi Sarah. Sarah (interrogative) : Pour moi. ???Philippe : Oui, bien sûr… depuis 1 ans, il te court après mais ne sais pas comment te le dire…Moi : Ce n’est pas faux….. Je t’en avais parlé souviens toi.Philippe : Tu vois, même Estelle le dis… et ces dernier jours il a pas mal déconné.. Mais je pense que c’est surtout pour attirer ton attention. Bref… tout cela c’est des affaires internes, mais je comptes sur vous pour garder le silence… et toi Sarah, j’espère que tu lui pardonnera aussi…Je sais que vous etes assez proche quand même…Sarah : Ok … je ferai un effort …en plus je l’aime bien aussi.. mais bon… faut arrêter vos conneries aussi.Philippe : Je suis d’accord, et je comptes sur vous 2 pour me signaler tout débordement si cela se reproduit dans le boulot.. Ok ?Moi : Pas de souci la dessus… on a été très clair…et ça ne changera pas…Philippe : Oui.. je le sais. J’en suis désolé. On ne mélange plus boulot et privé… »Arrivés dans l’amphithéâtre, nous prenons place dans les bancs et écoutons les bilans des sociétés présentes…. Philippe, très assidus prend un certain nombre de notes car dès demain, ce sera son tour pour la présentation des bilans de notre agence…Bien que l’après-midi soit assez ennuyeuse… celle-ci se passe assez rapidement et vers 17h00, nous sommes libérés….Je rallume mon téléphone portable, coupé pour la réunion, et constate aujourd’hui, que j’ai 2 appels en absences et tous les 2 émis par un « numéro masqué ». Sans doute le même que hier matin … Bien évidement sans laisser de message, je rumine de ce démarchage commercial abusif qui nous pourri la vie…Bref tout en marchant et effaçant ces notifications, j’écoute les autres participants autour de moi à la sortie des locaux….Certains veulent profiter du beau temps… Cédric et Philippe souhaitent faire des courses sur la capitale, et personnellement…je préfère rentrer à l’hôtel pour me reposer et prendre un bain avant le diner de ce soir…Sarah m’accompagne ne voulant pas restée seule…et ne souhaitant pas accompagner les hommes en ville.Arrivée dans le hall de l’hôtel, nos cœurs et nos estomacs se serrent…. Face à nous. Le bel et grand ébène et son acolyte de petit gros sont au comptoir et jubilent de notre retour…Prenant notre courage a 2 mains, on s’avance pour récupérer notre clef…Moi escort diyarbakır : « Bonjour, je souhaiterais ma clef de chambre, s’il vous plait… chambre numéro 244Le petit gros : Ravi de vous revoir, mesdames…L’ébène : Ouiiii, quelle joie de vous revoir….Sarah : On peut avoir notre clef, s’il vous plait…L’ébène (ironique): Ca dépend, on a quoi en échange… ???Sarah : Rien !! Mais si vous voulez on peut appeler votre directeur ??…Le petit gros : C’est pas gentil ca… on plaisantait…Moi : Pas nous… notre clef je vous prie…L’ébène (surpris) : Heu oui, voici votre clef, excusez-moi… »La situation autour du comptoir est plus que tendue, et l’électricité de l’atmosphère nous rend très nerveuses… Le regard du petit gros sur nous et en particulier sur moi et mon décolleté, ne laisse aucun place au doute… il est frustré de son acte manqué du weekend, et je devine sous leurs uniformes que chacun arborent une érection massive depuis notre entrée dans le hall… Sarah (Saisissant la clef) : « Merci… on a failli attendre… »Puis tournant les talons, nous nous dirigeons vers notre ascenseur pour regagner notre chambre… Le silence est lourd et seul le bruit de nos talons résonne dans l’espace de marbre de l’entrée… Nous imaginons très bien leurs regards sur nous et notre dos… rêvant encore a leur forfait du précédent weekend.Dans l’ascenseur, pas un mot…Sarah et moi, nous nous regardons mais aucune de nous n’ose briser le silence…Arrivées dans la chambre… il nous faut quelques minutes avant de reprendre nos esprits.Sarah : « Pffff, décidément nous n’avons pas de chance…. IL fallait que ces 2 gros lourds soit la…Moi : Oui c’est vrai.. Mais pourtant toi ce ne devrait pas trop te dérangerSarah : Oui mais non.. je t’ai expliquer déjà pourquoi… je ne tiens pas a recommencer.Moi : bref, pas de bol… comme pour le reste… pas de bol…Sarah : (en plaisantant) Ne sois pas si négative…tu as bien vu l’effet que tu leur fait…Moi (riant).. Oui …en effet.. super.. je te les laisse… rien que de repenser aux mains du petit gros sur moi, ca me dégoutte…Sarah : bon je passe pour la douche… ensuite c’est toi.. ???Moi : Ok, moi je vais faire un peu de tri dans mon linge…car avec tout cela je ne sais même plus ce qu’il est encore potable ou non…Sarah dans la salle de bain chantonne sous la douche… l’ambiance est paisible et je m’attarde à refaire tout ma valise. Le linge sale d’un côté, le propre de l’autre…et malheureusement les déchets…2 chemisiers son fichus, dont le beige que j’aimais beaucoup. Le noir, je le jette directement à la poubelle ne voulant plus l’utiliser et ne plus revivre mon humiliation de la tribune… il me reste encore mes 2 robes de soirée, une jupe claire et celle du voyage aller…Bref plus grand-chose ce qui ne m’étonne guère…Afin de faire un peu d’économie, je décide que pour ce soir je remettrais mes habits du jour… sobre et chic…et que cela suffira pour le simple diner à l’hôtel.Sarah : « A ton tour… » Crie-t-elle depuis la salle de bain…Je me dirige alors vers la salle d’eau et contemple un instant la jolie fille nue et ruisselante devant moi en train de s’essuyer..Sarah : « Hééé te gêne pas surtout… vicieuse…Moi : Désolé… je suis juste perdue dans mes pensées..Sarah : je plaisante… et puis tu le sais bien ce que j’en pense… tu es bien mieux que moi..Moi : Pfff arrêtes tes conneries, et laisse-moi la place. »Nous rions et Sarah sort nue dans la chambre pendant que de mon côté, je me déshabille.Le diner n’étant prévu que dans une heure et demie, je décide de me faire couler un bain moussant… histoire de profiter un peu et de me relaxer…L’eau chaude m’enveloppe et je me détends…. Mes pensées divaguent, je pense a Sam…a son retour demain et son contrat. Je pense à la nuit passée, ma débauche et ce séminaire si particulier…Dans l’eau, je me laisse porter à mes rêveries, mes mains caressant mes courbes, mes seins et mon ventre. Délicatement, les yeux clos, je rêve et me caresse sous la protection visuelle de la mousse qui recouvre mon corps a demi immergé… mes doigts passant de haut en ab s et de bas en haut, venant effleurer les bords lisses de ma poitrine avec de glisser vers ma fine toison et mon sexe et me faisant frissonner…L’eau est chaude, mon esprit s’embrume, je me laisse porter… la chaleur dans mes reins monte a chaque ondulation de mon corps. Les vagues d’eau me bercent et le désir monte vite en moi…Je me touche, ouvrant ma fente d’un doigt puis de deux… je glisse ma main droite sur mon ventre et mon clitoris. Doucement je joue avec et tourne mes doigts autour… Puis de ma main gauche, j’effleure, caresse et pince mon sein, faisant dresser mon téton pour mieux en faire le détail et le tour … j’ai envie…je sens mon corps réagir instinctivement a chacune de mes caresses…à présent, mon bouton d’amour est ultrasensible et je ne peux empêcher mon ventre de mimer quelques aller-retour cherchant une pénétration qui comblerai mon besoin et mon désir de faire l’amour…Avec délectation, je me masturbe glissant maintenant mes doigts dans mon vagin a demi ouvert…mon autre main poursuit sa danse, jouant de la douceur de la mousse sur ma poitrine et mon ventre…Mon corps se crispe, ma respiration s’accélère et je lutte pour étouffer mes gémissements en me pinçant les lèvres… Je sens le plaisir monter en moi, mon bassin ondulant…mon ventre offert, … dans un ultime soubresaut, j’explose et me laisse porter par un bel orgasme…. Ma main saisissant avec v******e mon sein tandis que mon corps tremble de la puissance du moment.A demi consciente, j’ouvre les yeux et réalise, le lieu…le bain.. l’ambiance..Je me laisse bercer encore par l’eau… épuisé et prête à m’assoupir dans mon bain…Au loin j’entant Sarah ouvrir la porte, mais ne prête pas plus attention…Elle parle avec un homme, mais je ne distingue pas la voie…La porte se referme et Sarah me rejoint dans la salle de bain…Sarah : « Devines qui c’était…. ?Moi (a demi endormie) : Hein ??… comment ???Sarah : Réveilles toi ma vieille… je te disais : Devine qui est venu a la porte… ??Moi : J’en sais rien… qui ???Sarah :(en riant) Ton chéri !!!! le petit gros moche..Moi : (inquiète) Quoi. ???? tu rigole ???Sarah : Non je plaisante, c’était juste Cédric qui voulait nous voir, mais je l’ai envoyé bouler. Il nous rejoindra peut être au diner.Il nous a ramené des chocolats de leurs courses. C’est sympa non ???Moi : Oui en effet, Sympa… presque trop…Sarah : On s’en fiche… moi j’adore le chocolat ! »En plaisantant, on se partage la boite de chocolat (2 morceaux pour moi car je tiens à ma ligne) puis on se prépare pour le diner du soir… Habillées, maquillées, et fin prêtes, nous descendons au réfectoire de l’hôtel pour notre repas… La salle est presque vide, le piano bar joue dans un coin et cela donne une ambiance particulière feutrée et douce au lieu. Nous passons à table, et je commande un poisson… Sarah, elle commande une brochette de canard…Un verre de vin blanc à la main, nous parlons des dernières journées et de la suite du programme demain… en effet, nous avons conjointement encore une présentation à faire sur les gestions locatives et cette fois ci nous serons toute l’équipe sur scène…Le temps passe, le diner touche a sa fin… encore un petit café et puis enfin le repos…La soirée est simple, et nos discussions avec Sarah sont franches…Le cas de Cédric et Philippe est également évoqué, et Sarah m’avoue aussi indirectement vouloir poursuivre son histoire avec Cédric… ce qui sera je pense une bonne chose et calmera aussi les esprits.Un dernier café, avant de remonter dans notre chambre… le séminaire et tous les évènements de ces derniers jours, nous ont fatigués toute les deux et ce soir, exceptionnellement, nous ne pensons pas à sortir en ville…Nous quittons la salle du réfectoire… au même instant où Philippe et Cédric apparaissent a la sortie de l’ascenseur..Cédric : « Vous venez diner avec nous ? Moi : Je te remercie mais c’est déjà fait…Philippe : Dommage… et même pour un petit café ou un diyarbakır escort bayan cognac ???Moi : même pas… on a terminéSarah : Oui.. Nous on va se coucher, finie la journée…Moi on se verra demain… désolé.. .bonne soirée.. et merci encore pour les chocolats…Cédric : Avec plaisir…»Nous quittons les hommes, sans doute déçus de devoir diner entre eux, et regagnons notre ascenseur.Tout en marchant, nous voyons un des réceptionnistes se diriger vers nous d’un pas rapide… Angoissées mais rassurées d’être ensemble et dans un espace ouvert et publique, nous poursuivons notre marche et faisons mine de ne pas lui prêter attention.Le petit gros : « Madame… madame… S’il vous plait… madame…Sarah : Oui ?? Qu’y a-t-il ???Le petit Gros : Madame, Excusez-moi.. mais l’une de vous est-elle Madame Schmitt ?Moi : C’est moi, pourquoi ???Le petit gros : J’ai un courrier pour vous, il a été déposé au comptoir cette apres midi…Moi : (interrogative) : Et qu’est-ce que sait ??? qui vous l’a remis ?Le petit gros : Un homme, je ne sais pas son nom, il a juste précisé que c’était strictement confidentiel et que vous deviez l’ouvrir seule…il a même insisté que cela était important.Moi : C’est n’importe quoi…Sarah :(plaisantant) tu as un admirateur ???Le petit gros : (me tendant une feuille) je vous prie de signer ce document de remise, s’il vous plait…Moi : OK. c’est bon, donnez-moi ça.. et toi Sarah, arrêtes tes bêtises. »Le petit gros repart sitôt le bordereau signé, et regagne son poste …L’enveloppe en main, je me retourne et observe Philippe et Cédric mais ceux-ci ne semblent pas nous regarder, et n’indiquent rien dans leur façon d’être qui pourrait m’indiquer que ce courrier est de leur part.Bien qu’intriguées et perplexe par ce bout de papier…nous reprenons le chemin de notre chambre et je range la lettre dans mon sac pour l’oublier rapidement.22h18 : Dans la salle de bain, en train de me brosser les dents, j’entends mon portable sonner dans la chambre voisine…Sarah : « (criant) J’y vais…Moi : Mmmmm Ok..mmmSarah : (criant) c’est un appel masqué… je réponds ???Moi : (recrachant mon dentifrice)…Oui…s’il te plait… je veux savoir qui sait ce tordu qui appel toujours… »J’entends Sarah décrocher, et écoute de loin..Sarah : « Allo ?? Ici Sarah..Appel X : Ou est Estelle ???Sarah : Elle n’est pas disponible… qui êtes-vous ???Appel X : A-t-elle reçu l’enveloppe ?Sarah : heu oui… mais qui êtes-vous ???Appel X : Cela ne vous concerne pas… »Sur ces mots, l’homme en ligne raccroche et Sarah reste immobile dans la chambre téléphone en main…Moi : « Alors ???Sarah : Je sais pas, une grosse voix d’homme… il a demandé où tu étais et si tu vais reçu une enveloppe. ??Moi : Et c’est tout ???Sarah : Ben. Oui…Moi : c’est du délire…c’est quoi ces conneries encore ??? »Le téléphone resonne presque immédiatement… Sarah sursaute et le laisse tombé au sol. Je m’en saisi et constate que c’est encore un appel masqué.Moi : « Allo ?Appel X : Estelle ?Moi : Oui !! Qui êtes-vous ???Appel X : Avez-vous ouvert l’enveloppe ??Moi :(énervée) non !!! Répondez à ma question… qui êtes-vous et pourquoi m’appelez-vous ?Appel X : (autoritaire)Ouvrez votre enveloppe et suivez mes instructionsMoi : Qui estes vous monsieur…Appel X : (Menaçant) Faites ce que je vous demande et ne dites rien à votre amie. »Puis l’homme raccroche…Je regarde Sarah, étonnée….et sans comprendre…Sarah : « Alors ???Moi : je ne sais pas… Il me fait peur ce type… en plus je dois rien te dire…Sarah : C’est flippant …tu as des admirateurs bizarre toi…Moi : Arrêtes Stp, si ça se trouve c’est le réceptionniste qui cherche à nous faire peur… Ou Cédric ??? ou je sais pas …Sarah : Possible… il doit avoir envie de te culbuter depuis l’autre fois… et il a rien trouvé de mieux que ça..Moi : Oui sans doute… »Soudain, quelqu’un frappe à la porte et nous crions de surprise…Moi : « Sarah, va ouvrir je ne suis pas habillé, je vais à la salle de bain…Sarah : OK…Cédric : Hello les filles, on voulait savoir si vous vouliez sortir ce soir… il y a un concert à la place Pagnol en ville, si ça vous intéresse de venir ?Sarah : (criant) C’est Cédric !!! Il demande si tu veux aller à un concert ce soir…Moi :(répondant) : non je suis crevée, je reste ici…Sarah : Ok… »Sarah me rejoint dans la salle de bain et me dit vouloir y aller … elle me demande si je vais bien et si elle peut s’éclipser avec Cédric pour la soirée….ou sinon elle reste avec moi, vu le message du tordu sur le téléphone…Bien évidement je n’aime pas trop cela mais je ne peux pas lui refuser de vouloir sortir avec le garçon qui lui plait et l’encourage à sortir. Je suis assez grande ( ou vieille) pour me débrouiller seule. Néanmoins, avec ce coup de fil et toutes les histoires passées, je lui demande d’être prudente et de ne pas revenir trop tard…Elle me promet que non et qu’elle rentrera après directement après le concert. Dans une murmure, afin que Cédric toujours sur le pas de la porte n’entende rien, elle me confie qu’elle va même l’interrogé discrètement pour savoir si c’est lui l’anonyme du téléphone…Je lui dis encore d’être prudente… et je m’enferme dans la chambre pour la soirée…22h32 : Seule sur le lit et a demi nue dans ma nuisette, je regarde la télévision… je zappe et m’ennuis. J’imagine déjà Sarah en train de danser au concert ou …baiser dans un coin Quelque part…je regarde par la fenêtre la nuit qui berce le parc et les arbres, c’est relaxant…Dans ma tête je m’interroge…qui est cet inconnu… ??? Intriguée, je cherche l’enveloppe dans mon sac et l’ouvre… celle-ci contient 3 autres enveloppes numérotées. Etonnée, j’ouvre la première et y trouve un papier avec des lettres découpées d’un journal et coller sur la feuille, digne d’un film noir pour une demande de rançon.Seuls c’est mot y figurent : « JE SAIS CE QUE TU AS FAIS… ! »Interrogative et amusée (bien qu’angoissée) je retourne plusieurs fois la feuille mais ne distingue pas de signature ou marque particulière… J’ouvre donc la seconde enveloppe… et en sort 4 photos.Je suis effaré par cette vision…Sur les photos on me distingue parfaitement…nue dans cette chambre ou sur le balcon…La première photo est celle du premier jour, ou je me masturbais dans le fauteuil face à la baie vitrée, pensant être seule… un voyeur a dû la prendre depuis le parc ou d’une fenêtre de chambre non loin de la… on me distigue, cuisse grande ouverte, les main posées sur mon sexe et sur mon sein, tête renversée en train de prendre du plaisir… Cette vision impudique me monte la chaleur aux joues et la honte noue mon estomac…La seconde photo me montre complètement nue en train d’ouvrir la véranda, au matin du second jour… les seins fièrement dressés, la nuisette ouverte au vent…Sur la troisième et la quatrième photo, bien qu’on ne distingue pas mon visage clairement, on me devine très bien à 4 pattes sur le lit, jambes écartées avec un homme planté dans mon ventre dans une magnifique levrette …Puis sur la suivante, la même situation mais coincée entre 2 hommes en train de prendre du plaisir dans chacun de mes orifices..Bien que c’est photos ont des prises de vue éloignée, leur netteté est impressionnante… ces visions de moi sur le lit en train de…. Ce même lit où, je suis actuellement assise… je suis ébaubi par tant de beauté et à la fois de cruauté… Reprenant mes esprits, je remarque que ces 4 photos sont accompagnées d’un message aussi composé de mots de journaux…« JOLI SPECTACLE ! SI TU NE SOUHAITES PAS VOIR TES EXPLOITS ETRE RENDU PUBLIC LORS DE TON COLLOQUE, OU TRANSMIS A TON MARI ET TA FAMILLE.TU DEVRAS SUIVRE NOS INSTRUCTIONS ET GARDER LE SECRET… »Je tremble et les larmes me montent aux yeux…Tétaniser par la honte et la peur je réalise que je suis à présent victime d’un odieux chantage et je ne sais pas comment m’en sortir…Les yeux pleins de larmes, abattue et tristes, je regarde la baie vitrée… Mon tyran est sans doute en train de m’observer en riant de mon désarroi en ce moment même… Bien évidemment, aucun rideau aux fenêtres ne peux lui couper la vue sur la chambre et sur ma nudité offerte…et toute mon angoisse qui me prend au cœur…Il reste la dernière enveloppe… la numéro 3 avec écrit « INSTRUCTIONS ». Durant plusieurs minutes je la regarde sans l’ouvrir… j’ai peur…A suivre……

Kategoriler:

Genel

Yorum Ekle

E-Mail Adresiniz Yayınlanmayacak. Zorunlu Alanlar *

*