Le prèt de ma femmeSouvent on me demande de prêter Gisèle pour quelques heures ou pour une journée , ou une nuit. Quand je dis prêter, c’est à dire pas seulement avoir une relation à trois, mais de la confier entièrement à un autre homme, pour qu’il puisse en user selon son bon plaisir…C ‘est déjà arrivé plusieurs fois , la plupart du temps avec des hommes que nous connaissions bien, Didi par exemple qui était son amant black préféré; c’est arrivé plusieurs fois qu’elle aille le retrouver toute seule à Paris et qu ‘il la sorte et l’utilise comme si elle était sa femme ; qu’il l’emmène dans une boite pour danser , ou au cinéma ou acheter ensemble de la lingerie , c’est assez excitant, car elle lui appartient totalement pour quelques heures, elle lui est complètement soumis, il peut lui demander tout ce qui lui passe par la tête, même les idées les plus salaces…Il m’est arrivé une fois de la prêter à un inconnu total, quelqun que nous venions de rencontrer dans les allées du salon de l’érotisme, au Bourget, en 2008 ou 2009. Je vais vous raconter comment cela s’est passé..C ‘était donc au printemps 2008 , nous étions allées tous les deux au salon de l’érotisme au Bourget, elle s’était vêtue d’une robe, assez élégante , plissée avec un peu de dentelle sur le bas, de couleur satin marron, un peu dorée , et assez ample; elle portant aussi un chemisier qui s’accordait bien avec sa robe et des chaussures à talon hauts. En dessous elle avait comme toujours, de la lingerie très élégante, culotte en dentelle, soutien-gorge également et bas noirs.Cela faisait déjà une petite heure que nous étions au salon, a flâner devant les stands de lingerie ou d’accessoires coquins, godes en tous genres, liens, vibromasseurs et j’en passe, ceux qui étaient les plus réalistes ou les plus curieux, Gis les touchait un peu et les caressait légèrement comme pour les essayer et en tester le réalisme; ce qui ne manquait pas d’exciter quelques diyarbakır escort messieurs au regard égrillard qui nous suivaient depuis un moment.Au bout d’un moment, nous avons croisé un groupe de 4 blacks, assez costauds, la trentaine environ habillés un peu genre loulou de banlieue, jeans déchirés, tee shirts et baskets; ils semblaient menés par un des trois, plus costaud que les autres, et ils étaient venus là pour chasser, visiblement.Quand ils nous ont vus, ils ont tout de suite maté Gisèle, qui du coin de l’œil les avait elle-même remarqué; ils nous ont suivis ensuite pendant quelques minutes, puis alors que Gis était un peu plus loin , le plus grand des quatre s’est approché de moi , m’ a rapidement salué , m’a demandé si Gisèle était mon épouse, ce à quoi je lui ai répondu que oui bien sûr, alors il m’a dit qu’elle était vraiment très belle et très classe, et il m’a demandé , tout de go , si je voulais bien la lui prêter .Sur le coup, je ne m’attendais pas à une telle demande, je pensais plutôt qu’ils voulaient faire connaissance pour organiser une rencontre à plusieurs, ou quelque chose de ce genre, alors je lui ai demandé ce qu’il voulait dire; et il m’a expliqué tranquillement qu’il souhaitait qu’elle soit sa femelle pendant un moment, qu’elle lui appartienne totalement.L’idée m’a au début beaucoup surpris, presque choquée bien que j’en aie vue et fait d’autres; mais après quelques instants elle à commencer à me séduire et m’exciter..Pendant ce temps-là, Gisèle qui avait bien sur remarqué que j’étais en discussion avec ce beau black, faisait semblant de rien et continuait à faire du lèche stands sans paraitre nous avoir remarqué.Je lui ai alors répondu ( même maintenant , j’ignore toujours son prénom, c’est vous dire si il était un parfait inconnu) que je devais d’bord lui demander si elle était d’accord, mais il m’a dit : “Pas besoin de lui demander, si toi tu es d’accord, alors va la voir et dit escort diyarbakır lui qu’a partir de maintenant , elle m’appartient , jusqu’à ce que j’en aie assez.”Je lui ai dit : “d’accord” et je suis retourné voir Gisèle tandis qu’il attendait sur placeGis, se doutait que j’allais lui proposer quelque coquineries avec ces grands jeunes hommes, mais quand je lui ai dit: “Tu vois le black la bas avec qui je discutait; et bien je me suis mis d’accord avec lui, à partir de maintenant tu lui appartient ! ; va le voir et dit lui que tu es sa femelle “Elle a relevé la tête, a regardé en direction du mec qui attendait tranquillement sans même s’occuper d’elle et j’ai vu alors passer dans un yeux , après un bref instant de surprise, une lueur d’excitation et de soumission que je connaissais bien , et j’ai sentie qu’elle était en train de mouiller brutalement tees fort sa culotte..Sans mot dire, elle est partie vers lui, d’un pas à la fois humble et décidé, j’ai vu qu’elle se plantait devant lui , et lui disait quelque chose, devant ses acolytes qui l’entouraient. Alors, il l’a regardée et sans rien dire, le plus naturellement du monde, il lui à fat un signe de tête pour lui dire de le suivre, et s’en est allé dans le salon;Alors elle s’est collée à lui , a passé son bras autour de sa taille , et ils sont partis dans les allées comme un couple unis; elle suivant son homme..La suite de cette histoire, c’est surtout elle qui me l’a racontée ; car je n’ai pas tout vu, j’ai vu au moins le début… Nous étions donc dans une allée du salon quand elle est partie avec son « propriétaire » ; je dis propriétaire, car elle avait vraiment l’air de lui appartenir, sa femelle en quelque sorte, ils se sont dirigés vers un coin plus isolé du salon, lui, Gisèle et ses deux copains qui suivaient le couple enlacé.Arrivés dans un endroit plus retiré, il s’est arrêté, et a semblé découvrir gis qui lui tenait la taille, il l’a bien regardée, diyarbakır escort bayan l’a prise par les épaules pour la retourner, a regardé son chemisier, sa nuque, son cou, et son regard s’est abaissé vers le bas de son dos qu’elle a toujours assez cambré, mettant en évidence sa croupe magnifiqueAlors, tout en la tenant par l’épaule, de l’autre main il a relevé sa robe jusqu’à la taille, dévoilant ainsi ses cuisses gainées de bas noirs, ornés de dentelle sur le haut, la blancheur de sa chair au-dessus des bas ; et sa culotte de soie ; serrée sur le haut des fesses et légèrement ample sur l’arrondi de sa croupe. Pendant qu’il faisait ça, ses amis se sont rapprochés, fascinés par le vue de ce postérieur ainsi offert dans cette allée su salon presque déserte,. Sans dire un mot, ils ont, chacun de son côté saisi la robe de gis par l’ourlet et l’ont bien relevée, presque jusqu’ à sa nuque, pour encore mieux la montrer à son maitre, qui s’était reculé d’un ou deux pas pour admirer le spectacle, et tout d’un coup, il s’est rapproché, à saisi la culotte de Gisèle entre ses deux grosses mains, au niveau de chaque fesses, a tiré dessus latéralement pour la déchirer et laisser apparaitre la raie de ses fesses, ensuite, il a agrandi la déchirure vers le bas, vers sa chatte qui mouillait très fort le fin tissu. Quand son entre cuisse a commencé à apparaitre dans la déchirure, il s’est arrêté et a laissé les lambeaux de tissu de sa culotte retomber de chaque côté de ses fesses comme si elle venait d’être violée. Il a contemplé silencieusement son œuvre, imité en cela par ses deux copains qui avaient pendant ce temps-là tenu la robe de gis troussée jusqu’à ses épaules, et leur a fait un signe afin qu’ils laissent retomber sa robe.Il à laisser Gis se retourner, et revenir se coller à lui, enlacée langoureusement à sa taille, et comme si de rien n’était, ils ont retournés vers le centre du salon, elle sentant sa culotte à moitié déchiquetée lui papillonner sur les fesses à chaque pas qu’elle faisait et redoutant qu’un morceau, un peu plus long n’apparaisse au-dessous de sa robe, vers le haut des bas que tous les hommes du salon qu’ils croisaient ne pouvaient s’empêcher de regarder

Kategoriler:

Genel

Yorum Ekle

E-Mail Adresiniz Yayınlanmayacak. Zorunlu Alanlar *

*